MondeEuropéennes 2014

Européennes 2014: et si vous votiez comme un Letton ou un Luxembourgeois?

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 19.05.2014 à 14 h 23

Une électrice à Riga (Lettonie) lors des européennes de juin 2009. REUTERS/Ints Kalnins.

Une électrice à Riga (Lettonie) lors des européennes de juin 2009. REUTERS/Ints Kalnins.

Du 22 au 25 mai, environ 500 millions d’électeurs européens sont appelés aux urnes pour élire 751 eurodéputés pour cinq ans. Mais tous ne le font pas selon le même système électoral.

Quels seraient les résultats si les Français, par exemple, adoptaient celui utilisé dans un autre pays de l'Union?

Impulsé par une équipe internationale de chercheurs, le projet EuroVotePlus, disponible dans les différentes langues de l’Union, propose aux internautes de tester cette hypothèse en votant successivement selon trois systèmes:

  • scrutin de liste «fermé» (France): les électeurs peuvent seulement se prononcer pour une liste, dans son intégralité. Chaque liste remporte un nombre de sièges proportionnel à son score, attribués en priorité aux candidats les mieux placés.
  • scrutin de liste «ouvert» (Lettonie): les électeurs ne peuvent voter que pour une seule liste, mais peuvent rayer le nom d’un candidat ou au contraire lui accorder un bonus en cochant une case en regard de son nom. Des candidats figurant sur une même liste peuvent donc obtenir zéro, une ou deux voix. Les sièges de chaque liste sont attribués aux candidats ayant obtenu le plus de voix.
  • scrutin de liste ouvert avec panachage et vote cumulatif (Luxembourg): les électeurs disposent d’autant de votes qu’il y a de sièges à pourvoir. Ils peuvent les «saupoudrer» entre différentes listes et en accorder jusqu’à deux à un candidat.

L'expérience propose également aux internautes de tester l'hypothèse d'un scrutin dans une circonscription paneuropéenne: les électeurs ont alors le choix entre des listes regroupant des candidats issus des 28 pays de l’Union. Ce système n’est évidemment pas en vigueur, mais il faisait partie des suggestions pour «améliorer» les élections européennes que nous exposions en début d’année.

En 2012, une expérience identique avait été menée auprès de 8.000 participants lors de la présidentielle française. Il s’agissait, là encore, de voter avec différents systèmes, dont le vote alternatif (les candidats sont classés par l'électeur dans l’ordre de ses préférences) ou le vote par approbation (l’électeur «approuve» un ou plusieurs candidats, sans les classer). Ces deux systèmes avaient respectivement fait ressortir Jean-Luc Mélenchon comme troisième homme et François Bayrou en deuxième position.

Comme nous l'expliquait à l'époque le chercheur de Polytechnique Jean-François Laslier, qui fait partie des chercheurs à l'initiative de EuroVotePlus, ces systèmes alternatifs nous permettent de réfléchir à notre «conception de l'acte de vote et au rapport entre les gens et le pouvoir».

Les résultats de l'expérience devraient être disponibles début juin.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte