LGBTQMonde

Aucun pays dans le monde n'assure les mêmes droits aux homos et trans qu'aux hétéros

Aude Deraedt, mis à jour le 16.05.2014 à 18 h 07

Infographie du Guardian

Infographie du Guardian

2,7 milliards de personnes vivent dans un pays où l’homosexualité est illégale. A la veille de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le Guardian publie une infographie détaillée dans laquelle il est possible de comparer les lois en vigueur dans chaque pays du monde. Et il n’y en a pas un seul où les homosexuels bénéficient des même droits que les hétérosexuels.

Au total, 79 pays considèrent l’homosexualité et la transexualité comme illégales. Parmi eux, seuls deux ne les considèrent pas comme un crime.

Selon le Guardian, parmi ces 77 Etats, «cinq pays –l’Iran, la Mauritanie, l’Arabie saoudite, le Soudan et le Yémen– appliquent toujours la peine de mort à l’encontre des homosexuels, alors que 71 pays punissent les couples de même sexe avec des peines d’emprisonnement et de châtiment corporel».

Andre Banks, directeur exécutif et co-fondateur de l'ONG All Out qui a participé à la réalisation de cette étude, estime que «ces données révèlent l'existence d'une toile de lois discriminantes qui mènent à un sentiment d'homophobie et font de la liberté d'être soi-même un privilège de plus en plus déterminé par le lieu de naissance».

Mais seulement en cliquant sur le terme «population» de l'infographie que l’on comprend mieux la gravité de la situation. 

(Cliquer sur l'image pour accéder à l'infographie)

L’Asie, dont la population représente près de la moitié de celle de la planète, devient alors une énorme zone grisée, symbolisant l’absence de législation pour protéger les homosexuels. Pas une seule trace de couleur en Inde, qui est pourtant l’un des pays les plus peuplés au monde. Et à peine une loi pour autoriser l’homosexualité en Chine.

L’Asie arrive d’ailleurs en avant-dernière position, derrière l’Afrique, dans le classement des «meilleurs endroits pour être LGBT», situé en bas de l'infographie.

L’Europe, la plus protectrice en matière d’emploi

Seul Israël affiche un peu de bleu dans cette partie du monde, couleur utilisée par le Guardian pour symboliser l’existence de lois pour protéger les homosexuels des discriminations liées au travail.

Si l’Europe fait un sans faute en termes de légalisation de l’homosexualité, elle n’en mène plus large lorsqu’il est question d’emploi. La Russie, l’Ukraine ou la Turquie font partie des pays où il n’existe pas de législation dans ce domaine. 

Le Vieux Continent reste cependant celui qui protège le mieux ses travailleurs des discriminations au travail: sur les 65 pays qui ont une véritable législation dans ce domaine, 41 sont européens.

Le mariage et l’adoption, à la traîne sur tous les continents

Idem lorsqu’il est question de mariage. Sur les 15 pays où cette union fait l’objet d’une loi, 10 se trouvent en Europe. L’Asie est le seul continent où le mariage n’est autorisé dans aucun pays. Autrement dit, 5,787 milliards de personnes ne peuvent se marier avec une personne du même sexe dans le monde, sur 7,2 milliards d’êtres humains.

Quant à l’adoption, elle n’est légale que dans 20 pays.

Les crimes de haine, largement impunis

Seuls 29 pays dans le monde condamnent de manière légale les crimes commis à l’encontre des personnes LGBT pour le simple fait d’être homosexuel ou transexuel. Parmi ces pays, 17 se trouvent en Europe et 9 en Amérique.

De nombreux Etats, à l'instar des Etats-Unis et du Brésil, affichent toutefois des législations peu claires en matière d’homosexualité et de transexualité. La France, malgré le chemin qui lui reste à faire, fait cependant partie des «bons élèves», au même titre que le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Aude Deraedt
Aude Deraedt (37 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte