Smart CitésMonde

Le cauchemar qui vient: les méga-régions chinoises

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 06.05.2014 à 18 h 17

Nuage de pollution à Pékin. Fl85 via FlickrCC License by

Nuage de pollution à Pékin. Fl85 via FlickrCC License by

Le phénomène est observé depuis plusieurs années déjà: les plus grandes villes du monde se transforment progressivement en «méga-régions». Ces «villes sans fin» peuvent atteindre des tailles de population impressionnantes équivalentes à celle de pays entiers: 52 millions pour le groupe d'aires urbaines formé de Boston et Washington DC, 43 millions pour celui formé de Rio de Janeiro et São Paulo.

Les méga-régions chinoises de taille moyenne peuvent quant à elles atteindre 30 millions d’habitants. Celle de la province de Sichuan devrait atteindre les 105 millions. Avec 9 millions d’habitants, Chongqing n’y est que la seconde ville derrière Chengdu (14 millions), et est entourée de quasi-bourgades de banlieue d’un millions d'habitants chacune. La région formée autour de Hong Kong, Shenzen et Guangzhou devrait, elle, rassembler 120 millions de personnes. 

Dans un contexte où la métropolisation est souvent synonyme de progrès et d’amélioration de la compétitivité comme des conditions de vie, il importe de rappeler, comme le fait le site Quartz, les conséquences néfastes pourtant prévisibles d’une concentration urbaine telle qu’elle se développe en Chine.

Carte de la densité des villes de la méga-région capitale autour de Pékin, par le Lincoln Institute.

La plupart de ces régions ne seront pas polycentriques, mais assembleront plutôt une méga-ville centrale et autour autant de villes secondaires en cercles concentriques, qui promettent d’être un cauchemar pour les automobilistes et les «banlieusards»: tout le monde souhaitera vivre au plus près de la ville-capitale, engendrant une hausse du prix de l'immobilier et un alongement du temps de trajet pour s'y rendre. Or c’est justement pour régler ces problèmes de concentration que les autorités chinoises ont souhaité construire ces regroupements urbains.

Comme nous l’expliquions récemment, la Chine veut notamment faire fusionner les provinces administratives de Pékin, Tianjin et Hebei en un seul et même ensemble urbain intégré connu sous le nom de Jing-Jin-Ji. Or cet ensemble de 100 millions d’habitants se lance dans une fuite en avant avec la construction de boulevards circulaires concentriques, alors que Pékin en compte déjà six...

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte