Allemagne / Économie

L'économie allemande menacée par l'accès à la propriété?

Temps de lecture : 2 min

Via Wikimedia Commons

Les Allemands sont pris d'une fièvre acheteuse ces dernières années. Les crédits immobiliers offrent des taux intéressants, investir dans la pierre apparaît comme un placement sûr et le marché immobilier est en plein boom. L'Allemagne est d'ailleurs le pays européen où les prix de l'immobilier grimperont le plus cette année, rapporte le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. D'après les prévisions de l'agence Standard & Poor's, la valeur des biens immobiliers va y augmenter de 4,5% en 2014 et de 4% l'an prochain.

Le journaliste économique Mark Schieritz, correspondant de l'hebdomadaire Die Zeit à Francfort, la capitale financière de l'Allemagne, observe avec crainte l'engouement de ses compatriotes pour la propriété privée. Selon lui, la pierre est un placement à risque pour les personnes qui ont des revenus moyens, et qui sont donc contraintes d'utiliser toutes leurs économies pour acheter un logement:

«C'est risqué, car la règle principale de l'économie de marché est aussi valable pour la pierre: une chose n'a de valeur qu'en fonction de ce que les autres sont prêts à payer pour l'avoir. Un dégât dans la maison, une rocade, un nouvel aéroport –et l'argent s'est envolé.»

Il estime d'ailleurs que «la mode de la maison individuelle menace les fondements de cette république», rappelant que les crises financières récentes, aux Etats-Unis comme en Espagne, étaient liées aux fluctuations du marché immobilier. Selon lui, «la location est un pilier de la haute stabilité économique et sociale de l'économie allemande».

Jusqu'à présent, l'Allemagne est en effet une nation de locataires. Comme le rapportait Die Welt en 2013, année où les résultats du dernier recensement de la population allemande, effectué en 2011, ont été rendus publics: seuls 43% des Allemands étaient alors propriétaires de leur logement.

Un taux très bas par rapport à leurs voisins européens. A titre de comparaison, 62% des Français sont propriétaires, d'après un sondage réalisé en 2013 par AvendreALouer/OpinionWay, dont Le Nouvel Obs reprenait les résultats.

Cette spécificité allemande a à la fois des raisons «historiques, culturelles et économiques», comme l'écrit le quotidien Süddeutsche Zeitung.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, 20% des logements avaient disparu sous les bombardements en Allemagne de l'Ouest. Plutôt que de soutenir l'accès à la propriété, l'Etat allemand a encouragé la construction de logements sociaux tout en libéralisant le marché de l'immobilier.

Les Allemands seraient également moins attachés à l'idée d'accéder à la propriété que dans d'autres pays européens, avance Michael Voigtländer, spécialiste de l'immobilier à l'Institut de l'économie allemande à Cologne:

«En Allemagne, on est satisfait en tant que locataire –et plutôt plus prudent en ce qui concerne l'achat d'une maison.»

Les banques allemandes, enfin, sont plus strictess qu'ailleurs dans l'attribution de prêts immobiliers. Il est par exemple courant qu'elles exigent un minimum de 20% d'apport personnel dans l'achat d'un logement, de quoi décourager bien des foyers de s'offrir la maison de leurs rêves.

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters