MondeTech & internet

Les nouveaux chasseurs de tornades? Ce sont les drones

Eric Holthaus, mis à jour le 30.04.2014 à 13 h 01

Un chasseur de tornade face à un orage supercellulaire, à Vinson, dans l'Oklahoma le 23 avril dernier | REUTERS/Gene Blevins

Un chasseur de tornade face à un orage supercellulaire, à Vinson, dans l'Oklahoma le 23 avril dernier | REUTERS/Gene Blevins

Un système de tempêtes se déplaçant lentement sur les Etats-Unis est en train de déclencher l'une des plus longues et intenses période de tornades que le pays a connu.

Plus de 100 ont été signalées ces deux derniers jours, dans 11 Etats différents. Le bilan humain, provisoire, s'élevait à 29 victimes le 29 avril, selon CNN. La portée des tempêtes est énorme: plus de 70 millions de personnes étaient ainsi exposées pour la seule journée du mardi 29 avril, à en croire le Storm Prediction Center.

Un aperçu du ciel du Mississippi le 30 avril 2014

En plus des tornades, le total des précipitations a déjà dépassé les 20 centimètres dans certaines parties du sud du pays. De violentes pluies sont encore attendues, avec des volumes similaires possible d'ici le week-end. Des bulletins de surveillance des crues sont postés en continue de la Nouvelle Orléans à New York.

Une bande d'orages supercellulaires produisant des tornades s'étirait à travers le Mississippi dans l'après-midi du lundi 27 avril.

De toute évidence, cette semaine de tornades est un événement rare. Les 28 et 29 avril ont été classés comme des jours à «hauts risques» météorologiques par le Storm Prediction Center. Pour le 30 avril, les risques sont redescendus à «faible».

Il faut remonter à mai 1999 pour retrouver trois jours consécutifs à «hauts risques». C'est la seule autre fois qu'une période de tornades aussi longue et sévère a été enregistrée par le Storm Prediction Center, depuis l'apparition des bulletins prévisionnels fiables, dans les années 1980.

Le 28 avril, un présentateur météo de la chaîne locale WTVA, dans le Mississippi, a dû abandonner le studio menacé par une tornade en approche.

Alors que ces derniers sont en constante amélioration, scientifiques et amateurs de météo, qui se sont mis en danger ces derniers jours, ont eux aussi continué à affiner leurs méthodes. Pendant les tempêtes mortelles du 27 avril, dans l'Arkansas, on a pu voir le passé et le futur de la chasse aux tornades.

En utilisant un drone, Brian Emfinger, photographe pour la télévision KATV à Little Rock (Arkansas) a saisi les séquelles du passage d'une tornade dans la ville de Mayflower, dans l'Arkansas:

Les scientifiques utilisent également de plus en plus les drones pour la surveillance météorologique aux alentours des tornades. Un projet de cet ordre a été ainsi lancé au sein de l'université du Colorado depuis quelques années, mais à en croire le directeur du projet qui s'exprimait en 2010 dans un entretien au Scientific American, les règles fédérales ralentissent les recherches de l'équipe:

«Les règles de la Federal Aviation Administration (FAA) empêchent [les drones de l'université du Colorado] de voler librement dans la “Tornado alley” –cette zone des Etats-Unis située entre les Rocheuses et les Appalaches. Les chercheurs ne peuvent actuellement travailler que dans 58 petites portions de terrain, d'à peu près 1.000 kilomètres carré de chaque, dans la zone au nord-est du Colorado et en partie au Kansas et dans le Nebraska. Obtenir une autorisation de vol uniquement dans ces zones a demandé trois années de coordination avec la FAA. Les chercheurs ont dû remplir 60 demandes afin d'être dispensés de devoir se conformer aux règles spécifiques s'appliquant aux aéronefs avec pilote.

Quand Brian Argrow, directeur du Centre de recherche et d'ingénérie des drones de l'université du Colorado, a annoncé qu'il voulait déposer une requête pour travailler sur l'intégralité de la zone qui s'étire du centre du Nebraska au Texas (région de concentration de tornades), les membres de la FAA ont répondu d'un soupir sonore.»

Voici une vidéo réalisée par l'équipe cette année, en partie avec une caméra embarquée:

Dans un entretien à NPR l'année dernière, Argrow se plaignait de la lenteur de la procédure:

«La technologie va souvent aux devants de la politique, particulièrement dans ce pays, et c'est un exemple de cas où cela se produit spécifiquement. Une partie de la technologie (la capacité, en tout cas) a dépassé ce que l'actuel trafic aérien peut directement accueillir.»

Des étudiants ingénieurs à l'université d'Oklahoma ont aussi créé un drone spécifiquement pour la chasse aux tornades, anticipant l'assouplissement de certaines règles par la FAA, dans la perspective de l'entrée des drones dans l'espace aérien commercial, début 2015.

A l'opposé de ces expériences qui visent à rendre le suivi des tempêtes plus sûr, des amateurs en mal de sensations fortes, déguisés en chasseurs de tornades, ont conduit tout droit dans l'une de celles qui sont apparues dans la nuit du dimanche 27 avril. Et ont ensuite immédiatement posté la vidéo sur Facebook depuis supprimée. Le groupe se fait appeler les «Hail's Angels». Et voilà ce qu'il s'est passé une fois qu'ils sont passés de l'autre côté:

Le message qui précède cette photo sur le compte Twitter du groupe, en juin dernier, est un hommage aux trois chasseurs de tornades morts en mai 2013 dans l'Oklahoma. Ils étaient bien plus expérimentés.

Quand on chasse des tornades, il y a une vraie différence entre science et stupidité.

Eric Holthaus

Traduit et adpaté par A.F.

Eric Holthaus
Eric Holthaus (19 articles)
Météorologue
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte