Une «cartographie» des différences dans les cultures de management

Danbo conoce a Domo - Danbo meets Domo / GViciano via Flickr CC License By

Danbo conoce a Domo - Danbo meets Domo / GViciano via Flickr CC License By

Que pensent les Japonais, les Américains et les Allemands des attitudes des Français au travail?

Les différences culturelles sont la source de nombreux malentendus dans un cadre professionnel international et multiculturel. Erin Meyer, professeure de management interculturel à l’INSEAD (Fontainebleau), a développé un outil pour visualiser ces malentedus qui peuvent survenir entre des équipes de deux pays différents. La Harvard Business Review publie une version interactive de ces comparaisons internationales.

Selon Erin Meyer, même les managers expérimentés ont tendance à ne se focaliser que sur une ou deux dimensions. Sa «carte» culturelle permet de comparer des paires de pays sur huit dimensions, allant du style de communication et d’interaction au respect des délais en passant par les éléments qui fondent la confiance ou la manière d’aboutir à des décisions dans un cadre collectif.

Ainsi sur la carte qui compare Français et Allemands, on verra que les premiers ont tendance à être flexibles sur les délais et l’emploi du temps, ce qui agacera les seconds. Lesquels seront cependant encore plus éloignés culturellement de la conception du temps d’un Indien ou d’un Brésilien.

Français et Allemands se retrouvent par contre sur leur préférence pour les organisations hiérarchiques, et ont en commun de ne pas hésiter à faire connaître leurs désaccords.

Source: HBR

Autre duel intéressant: les Américains contre les Français. Les managers américains aiment aller à l’essentiel, quand les Français sont formés à réfléchir dans un cadre conceptuel avant de prendre une décision. 

Les Américains, quand ils se montrent critiques, aiment enrober ces messages négatifs de points positifs, ce que les Français jugent inauthentique. A l’inverse, les critiques très directes des Français sont perçues comme rudes et démotivantes par les Américains.

Autre «carte»: celle des Japonais par rapport aux Français. Plus formalistes que les Français, ils détestent la confrontation directe et sont plus diplomates quand il s'agit de formuler des critiques.

On peut aussi s’amuser de la manière dont les managers français sont perçus à l’étranger, comme sur ce résumé qu’en fait le site World Business Culture:

«L’intellectualisme est quelque chose qui est apprécié [en France] plutôt que moqué et on attribue au management français cette maxime: “en pratique c’est une bonne idée, mais est-ce qu’elle marchera en théorie?”»