Monde

Bonne nouvelle: Vladimir Poutine ne veut pas annexer l'Alaska [VIDÉO]

Temps de lecture : 2 min

Ce jeudi 17 avril, Vladimir Poutine répond en direct aux questions de la télévision russe, un exercice annuel.

Après un long développement du président russe sur la dépendance au gaz russe des pays voisins, la journaliste lui demande s'il va acquérir l'Alaska, terre colonisée par la Russie au XVIIIème siècle et finalement vendue aux Etats-Unis en 1867. La présence russe y remonte au XVIIème siècle, quand des trappeurs se sont établis au Sud-Ouest sur les îles Aléoutiennes.

Et Poutine de s'amuser: «Vous savez, les gens appellent l'Alaska “Ice Crimea”, c'est comme un jeu de mots avec “Ice Cream” Jeu de mot qui joue sur l'homophonie entre le mot anglais «cream» et le russe «Krym», pour Crimée.

«Pourquoi auriez-vous besoin de l'Alaska?», poursuit-il, ajoutant ensuite qu'«il fait froid là-haut». Ceci étant dit, Poutine rappelle la vente aux Etats-Unis du territoire pour l'équivalent en or de 7,2 millions de dollars à l'époque, et précise: «Ça n'était pas si cher que ça».

Sur le site We the People de la Maison Blanche, une pétition lancée pour que la région soit rétrocédée à la Russie a obtenu 42.402 signatures.

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio