Monde

Où se déroulera le prochain génocide?

Temps de lecture : 2 min

Carte des prévisions des régions à risque
Carte des prévisions des régions à risque

Alors que l'on commémore depuis le 7 avril les 20 ans du génocide rwandais, des chercheurs de l'université de Sydney en Australie, ont créé un modèle prédisant quels pays sont les plus susceptibles de connaître des violences massives et ciblées à l'avenir.

Connu comme le Atrocity Forecasting Project (Projet de prévision des atrocités), le modèle met en jeu plus d'une douzaine de «variables d'instabilité», selon le site Defense One, qui rapporte l'information. Parmi ces variables: des statistiques sur les guerres civiles, les changements de régimes, le taux d'homicide, ou encore le cas de génocides précédents.

«C'est un outil similaire à celui financé par le Pentagone, le Integrated Crisis Early Warning System (ICEWS), un outil regroupant des données, utilisé pour prévoir toutes sortes d'urgences internationales», précise Defense One.

Les dernières prévisions de l'Atrocity Forecasting Project ont été très précises. Testé de manière rétrospective pour évaluer sa pertinence, l'outil a été appliqué aux années 1988 à 2003 et les résultats ont été justes à 90,9%, prévoyant notamment les événements du Rwanda, de Yougoslavie ou du Soudan.

D'ici 2015, la République centrafricaine est tout en haut de la liste. Suivent la République Démocratique du Congo, le Tchad et la Somalie.

Newsletters

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio