«Jing-Jin-Ji», le projet fou d'une mégalopole de 100 millions d'habitants autour de Pékin

Dans le centre de Pékin le 23 décembre 2010, REUTERS/Jason Lee

Dans le centre de Pékin le 23 décembre 2010, REUTERS/Jason Lee

Si vous êtes déjà allé en Chine, vous avez sans doute été frappé par l'immensité des agglomérations dans tout le pays. Le phénomène pourrait bien prendre encore une autre dimension dans les années à venir: les autorités comptent créer une nouvelle mégalopole qui sera plus grande que toutes celles qui existent déjà.

La Chine veut faire fusionner les provinces administratives de Pékin, Tianjin et Hebei en un seul et même ensemble urbain intégré connu sous le nom de Jing-Jin-Ji, dans le but de soulager Pékin de sa pollution et de ses embouteillages, de diminuer les temps de trajets souvent énormes entre la maison et le travail de nombreux habitants et de freiner la hausse des prix de l'immobilier, rapporte le Wall Street Journal. La nouvelle entité serait plus grande que le Sénégal et plus peuplée que l'Allemagne avec plus de 100 millions d'habitants, soit 10% de la population chinoise (actuellement, Pékin compte 21 millions d'habitants).

Les autorités chinoises ne communiquent pas beaucoup sur le projet pour le moment, mais le gouvernement local d'Hebei a récemment annoncé que la ville de Baoding allait récupérer certaines fonctions administratives jusqu'ici basées à Pékin. La nouvelle région, dont la taille atteindrait 215.000 km², aurait un PIB de 970 milliards de dollars selon le site économique Quartz, qui doute en revanche de l'efficacité du projet pour régler les problèmes de Pékin:

«Difficile de savoir comment cela va améliorer les conditions de vie à Pékin. La province d'Hebei est une région de production d'acier pauvre qui ne devrait pas attirer les travailleurs de Pékin.»

Jan Wampler, un professeur du MIT qui a été architecte en Chine, explique au Wall Street Journal qu'il n'est pas convaincu par cette idée de mégalopole géante, et prend l'exemple des six boulevards périphériques qui encerclent Pékin (un septième qui ira jusqu'à Hebei est en construction):

«Je suis très critique de la manière dont Pékin s'est développé. Vous ne pouvez pas continuer des boulevards périphériques. Ça doit s'arrêter un jour.»

L'International Business Times souligne que les investisseurs n'ont pas attendu les annonces officielles pour agir: des habitants de Pékin auraient déjà commencé à investir dans plusieurs villes situées dans la province d'Hebei non loin de la capitale, y entraînant une hausse des prix. 

Correction: la population de Pékin est bien estimée à 21 millions d'habitants en 2013, et non 11 millions comme il était écrit dans une première version de l'article.

Partager cet article