Santé / Monde

Les vagins artificiels sont parmi nous, et ils fonctionnent

Temps de lecture : 2 min

Wake Forest Institute for Regenerative Medicine via The Verge
Wake Forest Institute for Regenerative Medicine via The Verge

Une étude publiée vendredi 11 avril par la revue médicale The Lancet évoque l’implantation réussie, sur quatre femmes, de vagins aux cellules cultivées en laboratoire dans un hôpital de Mexico entre 2005 et 2008. En voici l’interprétation par le site profane The Verge:

Ces femmes, âgées de 13 à 18 ans lorsqu’elles ont subi cette opération, souffraient toutes depuis la naissance d’une maladie génétique rare appelée syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser (MRKH)—anomalie touchant environ une femme sur 4 500, née avec une absence totale ou partielle de vagin et d’utérus. Le traitement traditionnel du MRKH passe par la chirurgie reconstructive ou l’utilisation de douloureuses techniques de dilatation. Ces interventions s’avérant souvent très traumatisantes—le taux de complications se monte à 75% chez les patientes pédiatriques—les scientifiques ont cherché le moyen de les éviter.

Des cellules ont été prélevées directement sur les patientes, mises en culture et attachées à un support biodégradable qui a ensuite été suturé aux «structures reproductives préexistantes» de la patiente. Selon les tests de suivi—la première patiente a subi cette greffe de cellules il y a neuf ans—les jeunes femmes déclarent que fonctionnalité et satisfaction sexuelles sont au rendez-vous.

Deux des quatre patientes ont un utérus qui fonctionne, et le médecin qui a dirigé les recherches a déclaré: «Il n’y aucune raison de penser qu’elles ne peuvent pas tomber enceintes.»

Ben Mathis-Lilley

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters