AllemagneMonde

L'ingénieur allemand, une espèce en voie de disparition

Annabelle Georgen, mis à jour le 09.04.2014 à 16 h 08

Des ingénieurs allemands à Kiel inspectent l'Autonomous Underwater Vehicle (AUV) "Abyss" qui doit participer aux recherches sous-marines pour retrouver le vol MH370. REUTERS/Fabian Bimmer

Des ingénieurs allemands à Kiel inspectent l'Autonomous Underwater Vehicle (AUV) "Abyss" qui doit participer aux recherches sous-marines pour retrouver le vol MH370. REUTERS/Fabian Bimmer

Sans lui, le «Made in Germany» ne serait pas signe de technologie d'exception et de robustesse, et Claudia Schiffer n'aurait pas qu'à susurrer simplement «c'est une Allemande» pour vanter les prouesses techniques d'une voiture fabriquée outre-Rhin. L'ingénieur allemand, la tête pensante et la fierté de l'industrie «Made in Germany», est pourtant aujourd'hui une espèce en voie de disparition.

D'après une étude menée par l'Association des ingénieurs allemands (VDI) et par l'Institut de l'économie allemande (IW), dont le quotidien Die Welt rapporte les résultats, ce métier est frappé de plein fouet par le vieillissement démographique que connaît aujourd'hui l'Allemagne. 21% des ingénieurs allemands ont plus de 55 ans, contre seulement 12% en France. Et la relève manque à l'appel: seuls 18% des ingénieurs allemands ont moins de 34 ans, une proportion alarmante quand on la compare avec celles des jeunes ingénieurs en France, qui représentent 42% de la profession. Plus de 63.000 postes sont d'ailleurs inoccupés dans l'industrie allemande aujourd'hui.

Un phénomène qui soulève de nombreuses craintes au sein de l'Association des ingénieurs allemands, comme l'explique son président, Udo Ungeheuer:

«C'est une bombe à retardement. À partir de l'an 2020, le problème du vieillissement va s'imposer à nous totalement.»

Les écoles d'ingénieurs allemandes sont en outre confrontées à un problème de motivation chez les étudiants: un sur deux abandonne ses études à l'issue du premier semestre, comme le rappelle le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Pour faire face à ses besoins, l'industrie allemande doit embaucher chaque année environ 90.000 diplômés d'établissements techniques supérieurs. La moitié des postes vacants le sont à cause des départs à la retraite, tandis que l'autre est liée aux nouveaux besoins générés par les avancées techniques du secteur, toujours en expansion. «Le nombre de postes d'ingénieurs augmente constamment», assure Udo Ungeheuer.

L'industrie allemande embauche donc de plus en plus d'ingénieurs étrangers. D'après les statistiques, 160.000 ingénieurs travaillant en Allemagne sont de nationalité étrangère, ce qui représente près d'un ingénieur sur dix. Les trois-quarts d'entre eux sont européens, et viennent majoritairement de l'Est et du Sud de l'Europe. Les entreprises allemandes embauchent également beaucoup d'ingénieurs chinois, indiens et iraniens.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (342 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte