MondeAllemagne

Parti néonazi allemand: après la star du porno, l'affaire du gâteau-pénis

Joshua Keating, mis à jour le 08.04.2014 à 9 h 47

Des sympathisants du NPD lors d'une manifestation à Rostock le 1er mai 2006, REUTERS/Fabrizio Bensch

Des sympathisants du NPD lors d'une manifestation à Rostock le 1er mai 2006, REUTERS/Fabrizio Bensch

Le parti national-démocrate allemand (NPD), une formation politique raciste, anti-immigrés et antisémite souvent accusée d'être une organisation néonazie, traverse une période étrange.

Il a résisté à de nombreuses tentatives d'interdiction dans un pays où soutenir publiquement l'idéologie nazie est interdit par la loi (30 des 200 cadres du parti se sont révélés être des informateurs payés par le gouvernement), mais il s'est infligé lui-même ses blessures les plus récentes.  

D'abord, il y a eu fin mars le cas d'Ina Groll, alias Kitty Blair, une ancienne star du porno qui avait quitté le milieu pour représenter le parti, dont les membres ont plutôt tendance à être des hommes fortement tatoués avec des crânes rasés. Ina Groll a eu du succès, et fulminait contre les dangers de l'immigration et des minorités sur sa page Facebook. Mais le parti a récemment coupé les ponts avec sa nouvelle coqueluche quand on a appris qu'elle avait participé à des scènes de sexe avec des acteurs noirs dans sa précédente carrière.  

Aujourd'hui, place à la «Peniskuchen-Affäre», l'affaire du gâteau-pénis.

Le secrétaire général du NDP, Peter Marx (second dirigeant le plus important dans la hiérarchie) a démissionné après avoir été photographié à un anniversaire avec un gâteau en forme de pénis. Peter Marx avait apparemment joué un rôle central dans le recrutement d'Ina Groll, qui était aussi à la fête du gâteau-pénis.

Malgré sa démission, il s'est défendu d'avoir commis la moindre faute, rapporte Europe 1:

«“Je ne vais pas me laisser interdire d’avoir des contacts avec telle ou telle personne”, a-t-il déclaré.»

Le patron du parti Edo Pastörs a décrit la photo comme «dégoûtante», ce qui peut-être compris à la fois comme un jugement moral ou culinaire.

Le NPD a récemment essayé d'attaquer en justice le président allemand Joachim Gauck après qu'il les a qualifiés de «cinglés». C'était avant que tout ceci ne se passe.

Quoi qu'il en soit, ces deux affaires semblent être de parfaits arguments qui vont à l'encontre de l'interdiction du NDP. Ils semblent tout à fait capables de se saboter eux-mêmes.

Joshua Keating

Traduit et adapté par G.F.

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte