Partager cet article

Le gouvernement américain pourrait gagner des fortunes en changeant de police de caractère

Capture d'écran du site de la Maison Blanche

Capture d'écran du site de la Maison Blanche

Suvir Mirchandani, écolier américain de 14 ans, s'est rendu compte une fois au collège qu'il avait bien plus de devoirs à rendre qu'en primaire. Qu'il utilisait donc beaucoup plus d'encre et de papier en les imprimant. Et que par souci de l'environnement, il serait bon de réduire cette consommation. Il s'empara de la question pour un projet scolaire.

La question du papier est déjà traitée par le recyclage. Mais l'encre? «L'encre est deux fois plus chère que le parfum français, proportionnellement», a expliqué Suvir à CNN. De fait, a calculé le site américain, aux Etats-Unis, une trentaine de ml de Chanel No. 5 revient à 38 dollars, contre jusqu'à 75 dollars pour de l'encre HP.

L'élève a donc décidé de trouver une manière de diminuer la quantité d'encre utilisée pour une copie: et c'est possible en changeant la police. En mesurant la taille des lettres les plus couramment utilisées en anglais selon différentes polices, avec un logiciel, et en les imprimant ensuite pour les peser et vérifier la différence, Suvir s'est rendu compte qu'avec la police de style Garamond et ses traits plus fins, son école pouvait réduire sa consommation d'encre de 24% et économiser 21.000 dollars (plus de 15.000 euros) par an!

Encouragé par un professeur et publié dans une revue scientifique étudiante mais rigoureuse d'Harvard, le jeune homme en est venu à mesure l'encre utilisée par le gouvernement américain. Il en a conclu «que si le gouvernement fédéral utilisait uniquement la police Garamond, il pourrait utiliser 30% d'encre en moins –soit 136 millions de dollars par an. 234 millions de dollars supplémentaires pourraient être économisés si les gouvernements de chaque Etat s'y mettaient aussi». Soit presque 270 millions d'euros. 

Une somme qui pourrait par exemple financier entièrement le plan de lutte contre la tuberculose (236 millions de dollars dévolus par les Etats-Unis) ou contre les maladies tropicales négligées (100 millions de dollars) ou la préparation aux pandémies et aux autres menaces émergentes qui pèsent sur la santé (72 millions de dollars).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte