Allemagne / Monde

Berlin, c'est fini: c'est à Leipzig qu'il faut aller

Temps de lecture : 2 min

La ville est surnommée «Hypezig».

bleichertwerke / iwanp via FlickrCC License by
bleichertwerke / iwanp via FlickrCC License by

On la surnommait déjà le «petit Berlin» ou le «nouveau Berlin». Mais depuis que quelques journalistes américains ont décrété que la capitale allemande n'était plus la ville la plus cool du monde, comme nous le rapportions récemment, Leipzig semble en passe de devenir the place to be en Allemagne, où elle attire de plus en plus de Berlinois blasés.

Lassés par les hordes de touristes et la gentrification qui dévore la capitale allemande, de nombreux artistes et créatifs se font depuis quelques années la malle pour savourer l'atmosphère particulière qui règne à Leipzig, qui rappelle drôlement celle de Berlin à la chute du Mur. Cette ville d'ex-RDA au glorieux passé industriel n'est certes pas bien grande –500.000 habitants– mais elle regorge d'immeubles vides et de friches industrielles dans lesquels louer un appartement ou un atelier est encore très bon marché.

Située seulement à une heure de train de Berlin, Leipzig est devenue le nouvel eldorado des artistes qui ne peuvent plus s'offrir un atelier dans la capitale et des hipsters en quête d'authenticité. Autour des ateliers et des galeries s'est tissée une scène alternative dense et animée, ce qui lui vaut aujourd'hui le surnom de «Hypezig». Un phénomène que Die Zeit raconte en images, avec un diaporama façon visite guidée des lieux les plus hype de la ville: anciennes fabriques reconverties en lieux d'expos, bars nichés dans des stations de métro ou des magasins...

Mais cette hype autour de Leipzig remplit de fierté autant qu'elle agace ses habitants, qui craignent que leur ville suive le même chemin que Berlin. Et, déjà, des loyers commencent à grimper dans certains quartiers branchés du centre-ville. Comme l'écrit Die Zeit:

«Là-bas les logements sont moins cher, l'espace disponible au sein de la ville est plus grand, et par conséquent le potentiel artistique et touristique augmente. Les Leipzigeois ne sont pas encore vraiment sûrs de ce qu'ils doivent en penser. Les créatifs et les voyageurs qui viennent de pays où la vie est chère trouvent ça follement excitant.»

A peine paru, cet article a déjà été épinglé sur le tumblr Hypezig - Restez donc à Berlin s'il vous plaît!. Ouvert par un journaliste du cru qui observe cet enthousiasme médiatique avec circonspection, il rassemble des extraits de reportages consacrés à la hipstérisation de Leipzig, et s'interroge sur ce phénomène de mode:

«Qu'écrit le monde sur la ville des héros? Que propose-t-elle de mieux en ce moment? Pourquoi tous les hipsters devraient-ils vivre ici?»

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters