Partager cet article

Malaysia Airlines: l'envol des théories du complot

Un avion au-dessus de Londres le 1er janvier 2010, REUTERS/Suzanne Plunkett -

Un avion au-dessus de Londres le 1er janvier 2010, REUTERS/Suzanne Plunkett -

Une boîte noire non détectée, un signal de détresse censé se déclencher en cas d’impact avec la mer ou la terre qui n’est pas parvenu aux contrôleurs aériens, et toujours aucune trace du Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu au large du Vietnam samedi 8 mars.

Une telle situation d’incertitude ne pouvait que nourrir les tentatives d'explication les plus sophistiquées et, pour certaines, complotistes ou surnaturelles, qui n’ont pas tardé à surgir. D’autant que selon le Washington Post, des téléphones des passagers sonnaient encore après la disparition de l'avion, quand leurs proches ont tenté de les contacter (ce qui ne veut pas dire que le téléphone sonne encore, selon un spécialiste interrogé par NBC et repris par FranceTVinfo)…

Le détournement est la thèse qui circule le plus. Il en existe au moins deux variantes.

1. Le kidnapping par les Nord-Coréens

Selon une de ces théories, l’avion a été détourné par la Corée du Nord: il a atterri à Pyongyang, relate le site Vocativ qui passe en revue les différents complots possibles. On ne sait pas pourquoi ce détournement aurait été orchestré, mais l’avion aurait eu assez de carburant pour arriver à cette destination, comme en témoignent ces images de l'itinéraire d'origine (arrivée à Pékin) et de l'itinéraire qu'auraient emprunté les kidnappeurs (Pyongyang). Selon un utilisateur de Reddit, «on ne peut pas savoir quelle logique délirante ils [les Nord Coréens] suivent en prenant l'avion».

2. Utiliser l'avion comme une arme, style 11-Septembre

Autre possibilité: l'avion aurait atterri au Vietnam, le pays ayant conservé de la guerre un grand nombre d’aéroports militaires à l’abandon, où un Boeing 777 aurait pu se poser. L’avion serait intact. Les kidnappeurs voudraient utiliser l’avion comme une arme de destruction massive comme lors des attentats du 11-Septembre. Voici la vidéo qui soutient cette hypothèse:

3. Une action des terroristes ouïghours

Une troisième théorie attribue le détournement et le crash de l’avion à des terroristes séparatistes ouïghours de la province chinoise du Xinjiang à majorité musulmane, qui auraient voulu tuer le plus de nationaux possible: 145 Chinois étaient à bord. Un groupe inconnu nommé Chinese Martyrs Brigade a revendiqué le détournement de l’avion auprès de plusieurs médias chinois, mais cela s'est révélé faux, souligne le CS Monitor.

4. Les «autorités» sont impliquées

Il pourrait aussi s'agir d'un attentat «sous couverture, effectué par les autorités» (on ne sait pas lesquelles). C’est la thèse que diffuse le compte Twitter Not Explained (dont la spécialité est de poster des images «inexpliquées», d'une erreur dans le film Pirates des Caraïbes au vol Malaysia Airlines), en rappelant que les deux passagers qui voyageaient avec un passeport volé n'ont pas été inquiétés lors des contrôles d'identité à Kuala Lumpur.

5. Un remake de Lost

Enfin il y a l'explication à la Lost, celle de la faille spatiotemporelle. «Il y aurait une porte de téléportation qui existe dans les cieux, à travers laquelle l’avion aurait volé accidentellement et aurait été téléporté ailleurs», écrit le site Natural News tout en assurant que cela est peu probable. Et que l'avion n'a sans doute tout simplement pas encore été retrouvé. Ce qui n'empêche pas l'auteur d'en remettre une couche dans un autre article:

«La conclusion inévitable, c’est que le vol 370 s’est simplement volatilisé d’une manière que nous ne comprenons pas encore. C’est ce qui donne naissance à toutes sortes de théories bizarres sur le Net, notamment des discussions de possibles tests d’armes militaires, des ondulations de l’espace-temps ressemblant à celles du Triangle des Bermudes, et même l’hypothèse selon laquelle une technologie extraterrestre aurait pu téléporter l’avion.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte