Lu, Vu & EntenduMonde

«Aimeriez-vous avoir un nazi pour voisin?» Une campagne pour chasser les nazis des Etats-Unis

Camille Jourdan, mis à jour le 06.03.2014 à 18 h 53

Une affiche de campagne anti-nazis via page Facebook officielle de Dov Hikind

Une affiche de campagne anti-nazis via page Facebook officielle de Dov Hikind

«Aimeriez-vous avoir un nazi pour voisin?» Cette question pour le moins provocatrice s’affiche depuis le 6 mars dans certains journaux et sur des arrêts de bus à New York. En arrière-plan, des photos de camps de concentration, de fours crématoires, ou encore de déportation de juifs par des soldats nazis.

Business Insider rapporte que cette campagne vise à dénoncer le fait que des nazis vivent encore aux Etats-Unis, et en particulier à New York.

Sur le site de Dov Hikind (malheureusement indisponible au moment où nous publions ces lignes), député de l'Etat de New York à l’initiative de ce projet, on peut lire en lettres capitales blanches sur fond rouge:

«Les Nazis vivent librement parmi nous»

En juin 2013, nous avions relayé sur Slate une information du New York Mag, affirmant en effet qu'«il pourrait rester des centaines de nazis aux Etats-Unis».

Dov Hikind est élu dans un district qui compte une majorité de juifs orthodoxes. Lui-même fils de rescapés de la Shoah, il milite depuis plusieurs années pour que les nazis qui vivent encore aux Etats-Unis soient jugés et expulsés. Sur son site, il s’exprime:

«C’est inacceptable. Je suis certain que les gens honnêtes, quelle que soit leur nationalité, penseraient eux aussi que c’est inacceptable, s’ils étaient au courant de cela. Je tente donc d’attirer l’attention de tout le monde sur cette situation répréhensible. Les gens honnêtes ne veulent pas d’un nazi comme voisin.»

Dans ses discours, il fait notamment référence à Jakiw Palij, ancien nazi originaire de Pologne, dont parlait le Huffington Post en novembre 2013. Dix ans auparavant, le Département de la Justice révélait que cet homme, aujourd’hui âgé de 92 ans et originaire de Pologne, avait été gardien d'un camp nazi. Palij dément avoir «porté l’uniforme SS» et a toujours prétendu avoir été «enrôlé de force dans l’armée allemande». Pas de quoi attendrir Dov Hikind, qui s’indignait fin 2013:

«Il vit en Amérique, il profite de l’Amérique, alors qu’il a ôté la vie de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants»

En parallèle de sa campagne «publicitaire», le député a lancé une pétition à signer en ligne sur change.org. Mais les affaires controversées dans lesquelles a trempé Hunkind semblent le discréditer. TV Mix nous rafraîchit la mémoire:

«Il a cherché à créer la polémique ces dernières années en défendant le profilage racial des individus d’“apparence” musulmane, et a voté contre une loi autorisant le mariage gay, clamant que si elle passait, cette mesure pouvait conduire à accepter l’inceste.»

Le site évoque également une affaire de détournement de fonds dans lequel Hikind serait impliqué. Le député avait en outre fait scandale en février 2013, en débarquant à la fête juive de Pougrim grimé en noir (le blackface). Il avait alors été vivement critiqué de toutes parts. Enfin, son implication dans le groupe terroriste de la Ligue de défense juive dans les années 1970 l’a souvent desservi, en témoigne le titre de The Nation en février 2013.

Quoi qu’il en soit, Dov Hikind poursuit sa lutte contre les nazis:

«Il n’est jamais trop tard pour obtenir justice pour les victimes de la Shoah.»

Ce sont à peu près les mêmes mots qu'utilisait une campagne semblable dont Slate vous parlait en juin 2013, l’«Opération Last Chance II». Des affiches indiquant «Tard, mais pas trop tard» avaient été placardées en Allemagne, dans les rues de Berlin, Hambourg et Cologne, dans le but de retrouver d’anciens nazis, et de les punir.

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte