Science & santéMonde

Quitter l'Afrique du Sud pour se réfugier en Australie: une solution pour les rhinocéros?

Camille Jourdan, mis à jour le 05.03.2014 à 16 h 17

Des rhinocéros d’Afrique du Sud, Lin Padgham via Flickr CC License By

Des rhinocéros d’Afrique du Sud, Lin Padgham via Flickr CC License By

Un projet prévoit de transporter une centaine de rhinocéros de l’Afrique du Sud vers l’Australie, rapporte Public Radio International. Une solution trouvée à l’énorme menace qui pèse sur cette espèce.

En 2013, 1.004 rhinocéros ont été tués en Afrique du Sud. Un record, même si cela fait de nombreuses années que ces animaux sont victimes d’un braconnage intensif. Toutes les huit heures (neuf selon Dereck Joubert, directeur général de Great plains Conservation), un rhinocéros est abattu. La principale raison: leur corne. Très prisée par la médecine traditionnelle en Chine, elle se vend sur le marché noir à plus de 10.000 dollars les 500 grammes!

C’est donc pour leur bien et pour la préservation de cette espèce que l’Australian Rhino Project a été mis en place. L’un de ses fondateurs, Ray Dearlove, détaille le projet:

«Le plan est d’importer d’Afrique du Sud vers l’Australie un nombre suffisant de rhinocéros blancs et de rhinocéros noirs pour former un troupeau qui pourrait aider à garantir l’avenir de l’espèce.»

Pas facile cependant de transporter des animaux qui pèsent généralement plus de deux tonnes. «Quelqu’un avait suggéré d’utiliser le concept de l’Arche de Noé», plaisante Dearlove. C’est finalement l’avion qui a été retenu. Les rhinos seront bien entendu mis sous sédatifs le temps du vol. Une fois en Australie, on les installera au zoo de Taronga, où vivent déjà une dizaine de rhinocéros noirs, et quelques blancs. Le climat y serait «idéal» pour eux, rapporte PRI.

Un autre endroit du globe, beaucoup plus près de l’Afrique du Sud cette fois, pourrait également servir de terre d’accueil aux rhinocéros: le Bostwana. Sciences et Avenirs explique que ce pays voisin de l’Afrique du Sud, où sont organisés de nombreux safaris, a lui aussi son «projet rhino». Ce sont deux organisateurs de voyages qui les ont lancés: Great Plains Conservation et &Beyond. De la même manière que l’Australian rhino project, ils souhaitent déplacer une centaine de rhinocéros pour préserver cette espèce en voie de disparition. L’opération devrait coûter 8 milliards de dollars. Une somme que les deux organismes aimeraient réunir grâce à des dons.

L’Afrique compte 80% des 25.000 rhinocéros de la planète, selon Sciences et Avenir. Pour préserver l’espèce, des mesures ont déjà été mises en place. Le commerce international de leur corne est interdit par la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées de disparition. En Afrique du Sud également, même si elles demeurent insuffisantes, des mesures de répression existent: des soldats de l’armée sud-africaine ont même été déployés pour lutter contre le braconnage dans le parc national Kruger, où ont lieu la plupart des massacres.

En juillet 2013, Le Monde rapportait que le trafic illégal d’espèces sauvages rapportait environ 19 milliards de dollars par an (14 milliards d’euros). «Juste après le commerce illégal de stupéfiants, de la traite des êtres humains et des produits contrefaits», ajoutait le quotidien, reprenant un rapport de WWF.

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte