C'est dans l'actuMonde

Ukraine: quelques phrases intellos pour faire croire que vous comprenez la crise

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.03.2014 à 16 h 22

L'Ukraine et la Crimée (en rouge), Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported

L'Ukraine et la Crimée (en rouge), Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported

La crise qui se déroule aux portes de l’Europe occidentale est anxiogène: à tout moment, on peut vous solliciter dans le cadre d’une discussion géopolitique sur le conflit ukrainien, le rôle de la république autonome de Crimée et les ambitions expansionnistes russes.

Bref vous risquez de ne pas savoir quoi dire.

Freddy Gray sur The Spectator a pensé à vous et a rédigé les dix phrases à prononcer pour faire croire que vous maîtrisez le sujet. L’idée générale est de s’approprier quelques clés d’analyse tout en restant suffisant général et lointain pour ne pas trop vous mouiller. Exemples:

«C’est simpliste de penser en termes d’Est contre Ouest dans le monde multipolaire d’aujourd’hui.»

Plus vague encore, et donc plus déstabilisant pour vos interlocuteurs:

«Nous assistons ici au retour de la géographie.»

Pour bien montrer que vous êtes du genre à appréhender «the big picture», et pas seulement un conflit local, vous rajoutez alors:

«Sébastopol est d’une importance stratégique pour Poutine, en particulier à cause de la situation en cours en Syrie.»

Les comparaisons historiques sont à manier avec parcimonie, mais des parallèles avec Hitler et les Sudètes, l’Anschluss, Statine et les Tatars peuvent être tentés.

Enfin:

«Il convient de rester méfiant face au déchaînement de forces ethno-nationalistes.»

Comme le souligne l’auteur de l’article, c’est alors le moment de lâcher des généralisations racistes sans en avoir l’air sur l’âme slave par temps de tensions militaires.

Autres thèmes à aborder sans trop risquer d'être contredit: les complexités du marché énergétique russe ou les spécificités de la vision du monde orthodoxe.

Petit bonus: si comme Joshua Keating de Slate.com, vous établissez des liens entre la situation de la Crimée et les «conflits gelés» des anciennes républiques soviétiques, en citant la Transnitrie et le Haut-Karabagh, tout le monde se disputera votre compagnie érudite à la cantine.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte