C'est dans l'actuMonde

Les soldats russes déployés en Crimée sont des parachutistes

Slate.fr, mis à jour le 01.03.2014 à 21 h 04

Il s'agirait notamment de troupes de la 76ème division d'assaut parachutiste de la garde, une unité d'élite déployée dans le passé en Tchétchénie et en Ossétie.

A Simféropol, le 1er mars 2014.  REUTERS

A Simféropol, le 1er mars 2014. REUTERS

Il existe encore un flou sur l’identité réelle des troupes, «venues de nulle part», qui au cours des derniers jours ont pris le contrôle des points névralgiques de la Crimée et de sa capitale Simféropol. Mais grâce à un bloggeur russe Lev Shlosberg, qui écrit pour le journal Pskovskaya Guberniya et est repris par Zero Hedge, on en sait un peu plus sur l’identité de ses soldats russes. Il s’agirait notamment de troupes parachutistes de la 76ème division d’assaut de la garde basée à Pskov qui est considérée comme une unité d’élite.

Selon l’un des participants à l'opération cité par Lev Shlosberg, des membres de cette 76ème division ont commencé à être déployé sur le territoire ukrainien depuis la fin de la semaine dernière. Au début de cette semaine, une centaine de soldats étaient sur le terrain et les autres ont suivi à partir du jeudi 27 février.

«Ils sont entièrement armés avec 5000 cartouches par personne, un camion pour 10 soldats et des armes lourdes y compris des lance-flammes. Ils ont pour consigne de ne donner à personne leur localisation géographique. Les casernes rue Margelova à Pskov de la 76ème division parachutistes sont aujourd’hui pratiquement vides», écrit Lev Shlosberg.

La 76ème division a notamment combattu en Tchétchénie dans les années 1990 et en Ossétie du sud en 2008 pour repousser les troupes georgiennes. Elle comprend trois régiments, le 104ème, le 234ème et le 237ème composés uniquement de troupes professionnelles. Elle est équipée de matériel sophistiqué y compris des missiles et des munitions guidées. La 76ème division aurait également été impliquée dans des préparatifs pour une intervention millitaire russe en Syrie.

Comme le souligne Zero Hedge, il ne semble pas que Vladimir Poutine soit particulièrement contrarié par les menaces de rétorsion américaine... si les troupes russes interviennent en Ukraine. Elles sont à pied d’œuvre en Crimée et déjà depuis plusieurs jours.

D’ailleurs, Vladimir Poutine a demandé officiellement samedi 1er mars au Conseil de la Fédération de Russie, la chambre haute du Parlement, l’autorisation d’envoyer des troupes en Ukraine.

«En raison de la situation extraordinaire en Ukraine et de la menace pesant sur la vie des citoyens russes, de nos compatriotes, des forces armées russes déployées en Ukraine», Vladimir Poutine a demandé au Conseil de la Fédération d'autoriser «le recours aux forces armées russes sur le territoire de l'Ukraine, jusqu'à la normalisation de la situation politique dans ce pays», selon un communiqué du service de presse du Kremlin.

Un peu plus tôt, toujours samedi 1er mars, la chambre basse du Parlement russe, la Douma, avait demandé à Vladimir Poutine de «protéger par tous les moyens» la population de Crimée «contre l'arbitraire et la violence», avait déclaré son président, Sergueï Narychkine.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte