MondeC'est dans l'actu

«I am a Ukrainian», l'avènement de la vidéo de protestation virale?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 21.02.2014 à 10 h 42

Si vous vous intéressez aux tragiques évènements qui se déroulent en Ukraine, aux portes de l'Union européenne, vous avez sans doute vu passer cette vidéo publiée début février et qui a été vue plus de cinq millions de fois au moment de l'écriture de cet article, vendredi 21 février au matin.

Intitulée «I am a Ukrainian», elle montre le discours en anglais et face caméra d'une Ukrainienne se trouvant apparemment sur la place de l'Indépendance de Kiev, le centre névralgique de la révolte commencée en novembre dernier.

Elle explique les raisons qui poussent une partie de ses compatriotes à se révolter contre le gouvernement:

«Nous voulons nous libérer d'une dictature. Nous voulons nous libérer des politiciens qui ne travaillent que pour eux, qui sont prêts à tirer, à battre et à blesser des gens juste pour conserver leur argent, pour conserver leurs maisons, pour conserver leur pouvoir.»

La vidéo a reçu des milliers de commentaires de soutien du monde entier, de l'Egypte au Cachemire en passant par la Turquie, mais aussi des critiques la qualifiant de «propagande» qui ne dénoncerait que la violence de la police et pas celle des manifestants.

Assiste-t-on à l'avènement de la vidéo virale de protestation?

C'est la question que se pose le site de la BBC, qui rappelle qu'une autre vidéo sur la situation au Venezuela a également été vue plusieurs millions de fois. 

Et de souligner que si le message de la vidéo ukrainienne est simple, sa production est plus sophistiquée:

«Elle a été éditée et mise en ligne par le réalisateur primé américain Ben Moses, qui a rencontré Yulia [la jeune femme de la vidéo] en Ukraine lors du tournage d'un documentaire sur les mouvements de protestation autour du monde.»

Melanie Peck, qui travaille pour une agence spécialisée dans la fabrication et la diffusion de vidéos «virales», explique au site que les vidéos qui marchent présentent l'information dans un format court avec un «appel à action» fort pour que les gens les partagent. «Il faut que les gens aient l'impression de faire changer les choses», explique-t-elle.

Le Kyiv Post a consacré un court article à la vidéo en expliquant le lien entre l'action politique et les médias sociaux en Ukraine:

«Si la Révolution orange de 2004 qui a empêché Viktor Ianoukovicth de prendre le pouvoir au cours d'une élection présidentielle truquée était la révolution par SMS, la révolution EuroMaidan de 2013-2014 qui veut le renverser pourrait être décrite comme la révolution YouTube, Facebook et Twitter.»

Ces commentaires ne manqueront pas de rappeler les nombreux articles consacrés au rôle des réseaux sociaux dans les mouvements de protestation de ces dernières années en Tunisie, en Moldavie ou encore au Moyen-Orient. Un rôle dont l'influence et l'étendue font parfois débat, comme ce fût le cas en Iran.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte