JO Sotchi 2014Monde

Deux Pussy Riot arrêtées à Sotchi, et de retour dans l'enfer des prisons russes

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 18.02.2014 à 11 h 48

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, le 5 février 2014 à New York. REUTERS/Shannon Stapleton

Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, le 5 février 2014 à New York. REUTERS/Shannon Stapleton

«Nous avons été arrêtées... et sommes accusées de vol», a écrit Nadejda Tolokonnikova, membre des Pussy Riot, sur son compte Twitter. Des propos rapportés par l'AFP. Autre Pussy Riot, Maria Alekhina a confirmé avoir aussi été arrêtée.

 

Cela s'est passé à Sotchi à 30 kilomètres au Nord des jeux, précise la dépêche.

Les deux jeunes femmes avaient été libérées de prison en décembre: elles purgeaient une peine de deux ans de camp notamment pour «hooliganisme», après avoir chanté en février 2012 un chant s'opposant à Vladimir Poutine, dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou. Dès leur sortie, elles avaient repris leur combat, en appelant les dirigeants occidentaux à ne pas participer aux J.O.

Dans un article publié en ce mois de février, Slate rapportait à travers leur témoignage passionnant ce qu'est le quotidien dans une prison russe. «Ce qu’elles ont dévoilé de leur expérience ouvre une fenêtre sur l’enfer qu’est la vie d’un prisonnier russe. Les histoires de prison sont des récits d’humiliation, de déshumanisation et de souffrances physiques continues», écrivait dans son article .

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (741 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte