MondeLu, Vu & Entendu

Une opposante à Poutine retrouve un pénis géant sur sa voiture

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.02.2014 à 11 h 21

Via @KermlinRussia

Via @KermlinRussia

Le lundi 27 janvier, en sortant de chez elle, Katya Romanovskaya a eu la surprise de trouver posée sur sa BMW une sculpture géante de bois représentant un pénis finement taillé, raconte The New Republic. L’œuvre, le gland pointant vers le pare-brise, était enchaînée à sa voiture.

Katya Romanovskaya est une opposante au pouvoir russe qui anime, avec son compagnon Arseny Bobrovsky, un compte parodique sur Twitter: @KermlinRussia.

Elle a posté la photo de l'«oeuvre» sur son compte Facebook, commentant avec ironie:

«Enfin, le jour est arrivé où mon travail est remarqué et apprécié.»

Compte Facebook de Katya Romanovskaya

@KermlinRussia est né en juin 2010 en réaction à la création par le président Medvedev d’un compte officiel de la présidence russe, @KremlinRussia. Avec 50.000 followers dès le mois suivant pour le compte satirique, poursuit The New Republic, Medvedev se voyait obligé de changer son compte pour @MedvedevRussia afin d’éviter la confusion.

Passé entre-temps à 700.000 followers, ce couple qui moque le pouvoir russe dans un style qui rappelle celui de Jon Steward est devenu glamour en Russie quand le magazine GQ a révélé leur identité et les a interviewés au grand jour, explique The New Republic dans un autre article consacré aux opposants à Poutine.

Katya Romanovskaya, 38 ans, travaille dans les relations presse et son compagnon, Arseny Bobrovsky est décrit comme un «nerd de l’économie» et il écrit une chronique pour la version russe du magazine Forbes.

Le pénis géant adressé aux deux opposants rappelle le style du groupe nationaliste de jeunesse pro-Poutine Nachi, fondé en 2005. Comme le note The New Republic:

«Ces enfants, souvent originaires de familles pauvres, ont une imagination étrange qui tourne autour du scatologique et du sexuel.»

Mais plutôt qu’une inoffensive –bien que grossière– farce, le magazine considère que le geste peut valoir menace: «les Kermlins», comme ils sont surnommés, revenaient la veille de l’aéroport de Moscou, après avoir participé à une conférence en France. Ils sont arrivés tard chez eux et la «bite en bois» les attendait le lendemain matin. Manière de dire que leurs déplacements avaient été surveillés...

 

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte