JO Sotchi 2014Monde

La Russie doit cesser d'ignorer les violences homophobes, selon Human Rights Watch

Grégoire Fleurot, mis à jour le 04.02.2014 à 11 h 07

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch appelle ce mardi 4 février les autorités russes à réagir face à la dégradation de la situation des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenre (LGBT) dans le pays à la veille des Jeux olympiques de Sotchi.

Selon l'ONG, l'inaction des autorités et les commentaires homophobes de certains hommes politiques et fonctionnaires expose les personnes LGBT à plus de harcèlement et de violence, et encourage les auteurs de ce type d'attaques.

Un groupe en particulier, Occupy Pedophilia, qui affirme vouloir protéger les enfants et combattre la pédophilie, filme ses agressions de personnes gays. Il donne rendez-vous à ses victimes à travers des sites de rencontres, puis les frappe et les humilie à cause de leur homosexualité. La vidéo ci-dessus, compilée par Human Rights Watch, montre quelques-unes de ces agressions violentes.

Le site Yagg faisait déjà état des attaques du groupe en juillet dernier, et rapportait que le militant ultranationaliste Maxim Martsinkevich était à l'origine de cette «campagne de harcèlement et de violences». Martsinkevich a été libéré en 2010 après trois ans de prison, pour incitation à la haine raciale et violence. Ancien chef du groupuscule néo-nazi Format18 (1 pour A, la première lettre de l’alphabet, et 8 pour H, A.H. correspondant aux initiales d’Adolf Hitler), il était déjà connu pour ses vidéos anti-immigrés et anti-sans-abris.

Human Rights Watch rapporte que Martsinkevich a été à nouveau arrêté par les autorités russes le 27 janvier à l'aéroport de Moscou et qu'il est poursuivi pour «extrémisme» pour des faits apparemment non-liés avec les violences perpétrées par son groupe contre les personnes LGBT.

Vladimir Poutine a promulgué en juin dernier une loi punissant la «propagande» homosexuelle devant les mineurs, entraînant de nombreuses réactions des ONG de défense des droits de l'homme et un débat international sur l'homophobie en Russie.

Lundi 3 décembre, le site gay Towleroad rapportait que l'application de rencontres homosexuelles russe Hunters (qui fonctionne sur le même principe que Grindr) a été victime d'une attaque informatique ayant bloqué le service à Sotchi et supprimé des milliers de comptes utilisateurs à travers le pays. Les utilisateurs ont reçu un message les prévenant qu'ils allaient être arrêtés pour propagande homosexuelle.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte