JO Sotchi 2014Sports

Selon Steven Seagal, Sotchi est un lieu sûr. Rassurés?

Elliot Hannon, mis à jour le 31.01.2014 à 15 h 47

Seagal et Poutine visitent un nouveau stade à Moscou, en mars 2013. REUTERS/Ria Novosti.

Seagal et Poutine visitent un nouveau stade à Moscou, en mars 2013. REUTERS/Ria Novosti.

L’acteur Steven Seagal n’a pas grand-chose à faire de vos inquiétudes sur les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. L'armée américaine ne partage pas sa certitude et aurait déjà envoyé deux navires de guerre sur la mer Noire pour la durée des Jeux –vous savez, juste au cas où Steven Seagal se trompe cette fois. Mais avec des films comme Attack Force, Jeu fatal et Mercenary à son actif, l’expertise de la star des arts martiaux en matière de sécurité nationale parle d'elle-même

Et Steven Seagal a eu l’occasion de mettre en avant ses qualifications la semaine dernière lors de l’émission de l'ancien gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee sur Fox News. En voici un extrait cité par Radio Free Europe:

«Les chances pour qu’un de ces kamikazes s’en tirent sont vraiment minimes compte tenu de la vigilance extrême de Sotchi. Ils ont du matériel incroyable, mis en place avec beaucoup de contacts dans le monde entier. Le président Poutine fait du mieux qu’il peut. Et, comme je l’ai dit, le FSB [les services de sécurité russes] et Alfa Spetsnaz [les troupes d’élite de lutte contre le terrorisme] sont vraiment parmi les meilleurs sur Terre, donc ça va vraiment être difficile pour quiconque de s’en tirer.»

Vous en avez donc la preuve, Steven Seagal a dit que tout irait bien. Mais, pour faire bonne mesure, il a fait un peu son Dennis Rodman dans son enthousiasme envers son prétendu pote, Vladimir Poutine:

«C’est un pays très puissant, avec des ressources naturelles spectaculaires et des dirigeants merveilleux. Et je crois qu’ils sont nos amis et je pense que l’un des seuls moyens que nous avons de survivre sans nous faire avaler par d’autres superpuissances et de ne pas nous faire affaiblir, c’est d’être davantage amis avec le Russie. Je pense qu’ils devraient être nos alliés privilégiés.» 

Elliot Hannon

Traduit par A.L.S.

Elliot Hannon
Elliot Hannon (16 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte