Monde / Lu, Vu & Entendu

Tony Blair arrêté pour crime contre la paix dans un restaurant londonien (enfin presque)

Temps de lecture : 2 min

Tony Blair, lors d'une conférence en Birmanie, le 7 juin 2013. REUTERS/ Soe Zeia Tun
Tony Blair, lors d'une conférence en Birmanie, le 7 juin 2013. REUTERS/ Soe Zeia Tun

«Je suis venu vers lui, j’ai mis ma main sur son épaule, et j’ai dit : “M. Blair, ceci est une arrestation pour crime contre la paix, en l’occurrence votre décision de lancer la guerre en Irak. Je vous invite à me suivre jusqu’au commissariat pour faire face à cette accusation.”»

Non, Tony Blair, l’ancien Premier ministre britannique n’est pas en prison à l’heure actuelle, et l’homme qui livre ces propos au magazine Vice n’est pas un policier. Twiggy Garcia est aspirant DJ et barman au restaurant londonien Tramshed, dans lequel il a réalisé l’«arrestation citoyenne» de Tony Blair, venu dîner vendredi 17 janvier au soir. Une «arrestation» qui n’est pas allé bien loin, puisque l’ancien Premier ministre a aussitôt évoqué la question syrienne, tandis que l’un de ses fils partait prévenir la sécurité, obligeant Garcia à quitter le restaurant en coup de vent.

C’est la cinquième fois qu’une arrestation citoyenne est réalisée à l’encontre de Tony Blair. Une initiative qui n’a jamais conduit le travailliste au commissariat, mais qui a valu à ses acteurs une belle somme d’argent de la part du site ArrestBlair.org.

Ce site a mis en place une série de règles et de conseils pour réaliser cet acte. ArrestBlair.org promet une récompense pour ceux voient leur geste repris dans les médias: un quart des donations au site (au moment de l’arrestation) leur est transféré. Le site reconnaît d’ailleurs qu’il ne «s’intéresse pas aux motivations des personnes […]. S’ils [arrêtent Blair] uniquement pour l’argent, c’est aussi bien, et nous aurons encouragé une tentative qui n’aurait pas eu lieu autrement».

Raphaël Czarny Journaliste

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters