Monde / Sports

Poutine: les gays n'ont rien à craindre à Sotchi, tant qu'ils «laissent les enfants tranquilles»

Temps de lecture : 2 min

Le président Vladimir Poutine s’entraîne au tir lors d’une visite du nouveau quartier général de la Direction des renseignements (GRU) russes, Moscou, le 8 novembre 2006.ITAR TASS / REUTERS
Le président Vladimir Poutine s’entraîne au tir lors d’une visite du nouveau quartier général de la Direction des renseignements (GRU) russes, Moscou, le 8 novembre 2006.ITAR TASS / REUTERS

Petit échauffement homophobe avant Sotchi. Vendredi, Vladimir Poutine rendait visite à des bénévoles pour les Jeux olympiques d'hiver 2014. Le Washington Post raconte:

«Au cours d'une séance de questions-réponses, un bénévole lui a posé une question à propos de l'attitude de la Russie vis-à-vis des gays, un sujet qui a provoqué une controverse mondiale, et Poutine a offert ce qui apparemment ressemble à une réponse rassurante pour les gens qui viendront aux Jeux. “Chacun peut se sentir calme et à l'aise”, a-t-il dit. “Laissez seulement les enfants tranquilles, s'il vous plaît.”»

Le correspondant du Guardian à Moscou note également:

«“Nous n'avons pas de loi interdisant les relations sexuelles non-traditionnelles”, a déclaré Poutine selon les agences de presse russes. “Nous avons une loi qui interdit la propagande homosexuelle et pédophile. Je veux souligner cela. La propagande envers les enfants. C'est absolument différent: interdire une chose ou interdire la propagande de cette chose.»

En forme, Vladimir Poutine ne se contente pas de lier homosexualité et pédophilie.

«Des partis ont soulevé la question [de la légalisation de la pédophilie] dans certains parlements. Alors quoi? Sommes-nous censés les suivre comme des chiens obéissants vers des conséquences inconnues? Nous avons nos propres traditions, notre propre culture, nous traitons tous nos partenaires avec respect et demandons que nos traditions et notre culture soient également traitées avec respect.»

La «vile insinuation» de Vladimir Poutine est là pour «signaler à ses supporters qu'il n'a pas abandonné ses principes homophobes tout en apaisant l'Ouest avec un geste tiède vers la tolérance et le respect des différences culturelles», souligne Mark Joseph Stern sur Slate.com.

Une dernière question pour la fin, relevée par Katy Lally du Washington Post:

«Pourquoi, a demandé un bénévole, l'uniforme des bénévoles pour les Jeux est-il aux couleurs de l'arc-en-ciel, l'arc-en-ciel étant un symbole des droits des gays? Ne lui demandez pas, a répondu le président. “Ce n'est pas moi qui ai créé l'uniforme.”»

Newsletters

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Comme sa femme et deux de ses amis, Amar Singh Chamkila a été abattu le 8 mars 1988 dans la petite localité de Mehsampur, au nord de l'Inde. Un acte en apparence politique, mais dont le mobile fait encore aujourd'hui l'objet de doutes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio