Monde / JO Sotchi 2014

Poutine: les gays n'ont rien à craindre à Sotchi, tant qu'ils «laissent les enfants tranquilles»

Temps de lecture : 2 min

Le président Vladimir Poutine s’entraîne au tir lors d’une visite du nouveau quartier général de la Direction des renseignements (GRU) russes, Moscou, le 8 novembre 2006.ITAR TASS / REUTERS
Le président Vladimir Poutine s’entraîne au tir lors d’une visite du nouveau quartier général de la Direction des renseignements (GRU) russes, Moscou, le 8 novembre 2006.ITAR TASS / REUTERS

Petit échauffement homophobe avant Sotchi. Vendredi, Vladimir Poutine rendait visite à des bénévoles pour les Jeux olympiques d'hiver 2014. Le Washington Post raconte:

«Au cours d'une séance de questions-réponses, un bénévole lui a posé une question à propos de l'attitude de la Russie vis-à-vis des gays, un sujet qui a provoqué une controverse mondiale, et Poutine a offert ce qui apparemment ressemble à une réponse rassurante pour les gens qui viendront aux Jeux. “Chacun peut se sentir calme et à l'aise”, a-t-il dit. “Laissez seulement les enfants tranquilles, s'il vous plaît.”»

Le correspondant du Guardian à Moscou note également:

«“Nous n'avons pas de loi interdisant les relations sexuelles non-traditionnelles”, a déclaré Poutine selon les agences de presse russes. “Nous avons une loi qui interdit la propagande homosexuelle et pédophile. Je veux souligner cela. La propagande envers les enfants. C'est absolument différent: interdire une chose ou interdire la propagande de cette chose.»

En forme, Vladimir Poutine ne se contente pas de lier homosexualité et pédophilie.

«Des partis ont soulevé la question [de la légalisation de la pédophilie] dans certains parlements. Alors quoi? Sommes-nous censés les suivre comme des chiens obéissants vers des conséquences inconnues? Nous avons nos propres traditions, notre propre culture, nous traitons tous nos partenaires avec respect et demandons que nos traditions et notre culture soient également traitées avec respect.»

La «vile insinuation» de Vladimir Poutine est là pour «signaler à ses supporters qu'il n'a pas abandonné ses principes homophobes tout en apaisant l'Ouest avec un geste tiède vers la tolérance et le respect des différences culturelles», souligne Mark Joseph Stern sur Slate.com.

Une dernière question pour la fin, relevée par Katy Lally du Washington Post:

«Pourquoi, a demandé un bénévole, l'uniforme des bénévoles pour les Jeux est-il aux couleurs de l'arc-en-ciel, l'arc-en-ciel étant un symbole des droits des gays? Ne lui demandez pas, a répondu le président. “Ce n'est pas moi qui ai créé l'uniforme.”»

Cécile Chalancon Editrice à Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters