Le «paw-paw French», un dialecte français en voie de disparition aux Etats-Unis

Une demeure typique de l'architecture coloniale française, bâtie en 1818 à Old Mines, Missouri - Kbh3rd via Wikimedia Commons - licence CC-BY-SA

Une demeure typique de l'architecture coloniale française, bâtie en 1818 à Old Mines, Missouri - Kbh3rd via Wikimedia Commons - licence CC-BY-SA

Il n’y a pas qu’au Québec et en Louisiane que les Américains parlent français. Au fin fond du Missouri, un bastion de la francophonie, après avoir survécu pendant près de trois siècles, est en train de s’éteindre dans l’indifférence, comme le rapporte Al Jazeera America dans un article du 9 janvier 2014.

Le reportage d’Al Jazeera est centré sur le village d’Old Mines, Missouri (littéralement «vieilles mines», mais baptisée «la Vieille Mine» sur un panneau en français planté à son entrée), situé sur l’ancien territoire de la Louisiane française, laquelle était plus étendue que la Louisiane contemporaine, et englobait notamment les Etats actuels de l’Indiana, du Missouri et de l’Illinois en une région autrefois appelée «Pays des Illinois». Comme l’explique cette rétrospective de Geocurrents, «Dans les écoles du Mid-Ouest, Le Pays des Illinois n’est guère plus (et souvent moins) qu’une mention au pied des pages des cours d’histoire».

Bien que la Louisiane française ait été vendue aux Etats-Unis par Bonaparte en 1803, les colons de la Vieille Mine arrivés dès la fin du XVIIe siècle «n’ont jamais quitté ce coin de l’Est du Missouri», et leurs descendants étaient encore dans les années 1980 «des centaines […] voire plus d’un millier» à parler un dialecte unique, le «paw-paw French» ou français du Missouri, comme le raconte Al Jazeera.

Parmi «peut-être la douzaine de personnes encore en vie sachant parler en paw-paw French», se trouve le musicien Dennis Stroughmatt, qui décrit le paw-paw French comme une passerelle entre le Français du Québec et celui de Louisiane, et déplore la perte d’un patrimoine très ancien:

«“La francophonie est en train de perdre son lien avec les années 1600” explique Stroughmatt. “Dans l’essentiel, le français parlé à Old Mines est un français normand-breton. Ça nous renvoie directement au Moyen-Âge, à la période médiévale. C’est ça qui sera perdu.”»

Que s’est-il passé depuis vingt ans, quand la Vieille Mine «semblait –et sonnait– très différente d’aujourd’hui »? Natalie Villmer, une habitante issue d’une des plus anciennes familles du village, raconte à Al Jazeera que le français que parlaient encore ses parents ne lui a pas été transmis: à leur époque, «parler le paw-paw French était devenu synonyme d’être ignorant, peu instruit, arriéré.» Ce qui n’a rien de surprenant selon le professeur Scott Gossett, chercheur en littérature francophone à l’université du Missouri:

«[Gossett] explique que lorsque les petites communautés comme Old Mines se sont industrialisées, il n’y avait plus besoin de parler français, et apprendre l’anglais est devenu une question de survie. (…) “Ce n’est que récemment, dans la seconde moitié du siècle à peu près, qu’on a commencé à voir la langue comme un atout et non un handicap.”»

Le reportage d’Al Jazeera inclut deux enregistrements sonores de ce langage en voie d’extinction: un chant traditionnel, «la guignolée», entonné par Natalie Villmer, et quelques mots en paw-paw French de Dennis Stroughmatt, dont vous pouvez également apprécier l’accent caractéristique dans la vidéo ci-dessous: