Monde

Un ancien détenu de Guantanamo soupçonné dans l'attaque de Benghazi

Temps de lecture : 2 min

Le consulat de Benghazi incendié pendant une manifestation armée contre un film produit aux Etats-Unis contre l'islam, le 11 septembre 2012. REUTERS/Esam Al-Fetori
Le consulat de Benghazi incendié pendant une manifestation armée contre un film produit aux Etats-Unis contre l'islam, le 11 septembre 2012. REUTERS/Esam Al-Fetori

Le département d'Etat américain soupçonne un ancien détenu à Guantanamo d'avoir eu un rôle dans l'attaque du consulat américain de Benghazi en Libye, en 2012, qui avait tué, entre autres, l'ambassadeur américain Christopher Stevens.

D'après le Washington Post, des responsables américains pensent que des hommes ont participé à l'attaque sous les ordres d'Abu Sufian bin Qumu, le leader d'Ansar al-Sharia dans la ville libyenne de Darnah. Ils ont parlé au journal anonymement, le tout n'étant pas encore officiel. Le Département d'Etat devrait désigner officiellement d'ici quelques jours trois branches d'Ansar al-Sharia comme des organisations terroristes, dont celle de Darnah. Il devrait à cette occasion confirmer les soupçons contre Abu Sufian bin Qumu dans l'attaque de 2012.

Abu Sufian bin Qumu était détenu à Guantanamo, d'où il a été envoyé en Libye (où il a également été emprisonné avant d'être libéré). Le Washington Post affirme qu'il va prochainement être identifié comme un «terroriste mondial spécialement désigné», une nomenclature permettant au gouvernement américain de geler ses actifs et d'empêcher les individus et entreprises américains de faire des affaires avec lui.

Abu Sufian bin Qumu s'est entre autres entraîné dans un des camps terroristes d'Oussama ben Laden en 1993 en Afghanistan, d'après son dossier mis en ligne par WikiLeaks. Il a combattu avec les Talibans contre les Etats-Unis en Afghanistan, avant de fuir vers le Pakistan fin 2001, où il a été arrêté avant d'être envoyé à Guantanamo en 2002.

Ce n'est pas la première fois que Qumu est soupçonné: peu de temps après l'attaque de Benghazi, Fox News écrivait qu'il l'aurait fomenté. Mother Jones avait répondu avec ses propres sources anonymes, selon lesquelles il n'existait «pas de preuves suggérant qu'il menait l'attaque sur le consulat ce soir-là», et il n'existait pas de preuves que Qumu avait «dirigé, coordonné ou planifié» l'attaque.

Le Washington Post reste vague sur la responsabilité de Qumu dans l'attaque, se contentant de dire qu'il y a «joué un rôle».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Newsletters

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

La population rom est victime de la guerre en Ukraine comme aucune autre. Pour elle, l'ennemi est partout et le refuge nulle part.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio