Lu, Vu & EntenduMonde

L'oncle de Kim Jong-un (pas) dévoré par 120 chiens affamés: l'info venait d'un tweet satirique

Raphaël Czarny, mis à jour le 06.01.2014 à 17 h 31

Kim Jong-un lors d'une réunion du parti; photo non datée diffusée par l'agence de presse officielle KCNA le 9 décembre 2013. REUTERS/KCNA

Kim Jong-un lors d'une réunion du parti; photo non datée diffusée par l'agence de presse officielle KCNA le 9 décembre 2013. REUTERS/KCNA

L’oncle du dictateur nord-coréen Kim Jong-un, nu et dévoré par 120 chiens affamés pendant trois jours. L’histoire était suffisamment glauque pour faire –rapidement– la une des sites et journaux vendredi 3 janvier. Même si, comme l’a relevé Slate.fr, elle était probablement fausse –la source originelle, le journal hongkongais Wei Wei Po, étant peu réputé pour sa fiabilité. Et voilà qu’un blogueur de Taïwan, Trevor Powell, a reconstitué la chaîne qui a abouti à la médiatisation de cette fausse nouvelle: tout est parti d’un «tweet» satirique, posté sur Weibo le 11 décembre 2013 par le compte Pyongyang Choi Seongho, juste après l’exécution de Jang Song-thaek –l’oncle en question.

Capture d'écran du «tweet» original

Oui, le fond d’écran Weibo montre bien Kim Jong-un faisant des doigts d’honneur à sa population. Et le Business Insider, qui a repéré le post de Trevor Powell, a tenté une traduction par Google du message. On y retrouve l’information essentielle: Jang Song-thaek a bien été dévoré par 120 chiens affamés; la scène aurait duré une heure.

A partir de là, le mécanisme se met en branle. Le 12 décembre, le Wei Wei Po publie l’article identifié comme première source journalistique, et cite le tweet de Pyongyang Choi Seongho avec une capture d’écran. Beaucoup d’honneur pour un utilisateur décrit par le blog chinois Beijing Cream comme «le plus brillant satiriste de Corée du Nord».  Qui s’est aussi illustré par des détournements de portraits du leader nord-coréen:

Source: Pyongyang Choi Seongho

Le 24 décembre, le premier article en anglais est publié par le Strait Times de Singapour; vacances de Noël oblige, l’article ne fait le tour de la planète que plus tard, le 3 janvier. NBC World News annonce que «l’oncle exécuté de Kim Jong-un a été dévoré vivant par 120 chiens affamés», en s’appuyant sur le Wei Wei Po, un journal «très lié au parti communiste chinois», précise-t-il.

Trevor Powell conclut son post en pointant le «mur linguistique» qui a empêché les médias de remonter à la source originelle, le tweet de Pyongyang Choi Seongho, à partir du Wei Wei Po. Et si beaucoup ont cité le Wei Wei Po, cela ne voulait pas dire que l’article avait été lu: c’est à partir de sa médiatisation, en anglais, par le Strait Times, que l’histoire a commencé à se développer. Comme le montre ce papier de la BBC, qui fonde ses informations sur le Strait Times avant d’évoquer la source originelle, le Wei Wei Po.

Raphaël Czarny
Raphaël Czarny (49 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte