C'est dans l'actuMonde

Aux Etats-Unis et au Canada, le père Noël est escorté par l'armée, et c'est un problème

Laurent Pointecouteau, mis à jour le 17.12.2013 à 17 h 13

Cette année, lors de son passage en Amérique du nord, le père Noël sera sous la bonne garde de deux avions de chasse de l’armée canadienne. Une précaution qui provoque la colère d'une association de protection de l'enfance, accusant le Norad (le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord) d’encourager l'endoctrinement militaire des enfants, comme le rapporte le Boston Globe.

Cette mesure de sécurité apparaît dans une vidéo (visible ci-dessus), postée dans le cadre de la campagne de communication que l’organisation américano-canadienne chargée de la défense de l’espace aérien des deux pays mène chaque année à l’approche des fêtes. Depuis près de soixante ans, raconte le site web spécial Noël du Norad, lisible en huit langues dont le français, l'organisation assure également la sécurité du père Noël.  et de la surveillance militaire de la tournée du père Noël.

Dans la vidéo de cette année, on peut voir pendant quelques secondes deux CF18 Hornet escorter le traîneau du père Noël.

C’est ce petit détail, absent des vidéos du Norad les années précédentes (LCI y avait consacré un sujet en 2011), qui a semé «la consternation parmi au moins quelques défenseurs de l'enfance», selon le Boston Globe:

«“Les enfants associent le père Noël aux cadeaux, à la joie et à tous les autres aspects positifs de Noël”, a déclaré Allen Kanner, pédopsychologue californien et cofondateur de Campaign for a Commercial Free Childhood [campagne pour une enfance sans publicité], une association basée à Boston. “Ils [le Norad] associent tout ça aux militaires dans l’esprit des enfants. C’est totalement inapproprié.”»

De son côté, le Norad ne voit là rien de mal, dans une tradition qui a commencé en 1955 par le coup de fil, passé accidentellement à une base militaire, par une petite fille qui voulait parler au père Noël, et à laquelle le colonel en poste a répondu en jouant le jeu. Comme le rappelle à l’agence AP le porte-parole du Norad, le capitaine de l’US Navy John Davis, leur campagne a employé dès les années 1960 des représentations du traîneau magique flanqué de chasseurs à réaction. Pour le capitaine Davis, cité par le Boston Globe, ces avions «participent à notre effort pour faire ressembler la campagne à une opération militaire»:

«C’est toujours mignon, étant donné que c’est pour les enfants, mais nous ne voulons pas que les gens perdent de vue notre véritable mission.»

Or, c’est peut-être précisément cela qui est reproché à cette campagne: que «le Département de la défense juge utile de cibler des enfants encore en âge de croire au père Noël», raconte le Globe. En citant une nouvelle fois Allen Kanner:

«Nous devons nous rappeler que l’armée a recruté pendant de nombreuses années des sociétés de marketing pour mieux atteindre les jeunes de moins de 18 ans, dans le seul but de les recruter.»

La campagne de 2012 avait déjà soulevé l'inquiétude d'un professeur de géographie de l'Illinois, auteur d'une tribune dans e-International Relations, en janvier, dans laquelle il s’interrogeait sur le propos sous-jacent derrière cette manœuvre «amusante et inoffensive»:

«C’est juste un énième exemple de la façon, diffuse et insidieuse, dont le monde militaire a déteint sur tous les aspects de la société américaine. L’armée américaine est représentée comme un acteur bienfaiteur et non-violent, garant de toutes les bonnes choses, y compris la distribution des cadeaux de Noël.»

Car comme le font remarquer le Boston Globe et l’AP, les allusions à la nature militaire de cette opération fictive se retrouvent partout sur le site du Norad. Comme dans la vidéo, plus longue, ci-dessous, «mix danimation et de prises de vues réelles présenté comme un vol d'essai du père Noël, affublé du nom de code militaire Big Red One[“le gros 1 rouge”, surnom de la 1re division d'infanterie de l'US Army]». 

Pour les francophones, vous pouvez aussi regarder cette vidéo du major-général Pierre St-Amand, commandant de la 1re Division aérienne du Canada, qui détaille le protocole d’escorte du père Noël:

Laurent Pointecouteau
Laurent Pointecouteau (77 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte