Monde / Santé

L'ONU demande de cesser de poursuivre les séropositifs en justice

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Jon Woo
REUTERS/Jon Woo

L'ONUSida, le programme des Nations unies qui lutte contre la propagation du virus du sida lance cette semaine une campagne zéro discrimination avec en ligne de mire l’élimination de la stigmatisation, des lois et des pratiques punitives.

Dans le rapport 2013 de l'ONUSida), on relève que 63 pays disposent d’au moins une juridiction qui autorise à poursuivre en justice les personnes séropositives sous certaines conditions. Dans les cas où le porteur du virus ne prévient pas son partenaire et qu’il lui transmet le virus, il encourt des poursuites criminelles, même si un préservatif a été utilisé. Le New Scientist rappelle qu’aujourd’hui 76 pays criminalisent les relations avec les personnes de même sexe et que dans ces pays un malade sur sept ne bénéficie pas de soins de santé.

Sur Slate.com, Joshua Keating explique que ces lois et ce genre de persécutions vont à l’encontre de la lutte contre la pandémie du virus puisqu’elles engendrent un climat de peur et découragent les séropositifs à chercher un traitement.

Certains pays ont commencé à réviser leurs lois, ou à les suspendre leur application comme par exemple le Danemark. En 2011, le royaume a annoncé qu'il suspendait l'application de l'article 252 de son code pénal qui punissait le fait de courir le risque de transmettre le virus du sida.

Newsletters

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio