C'est dans l'actuMonde

Nucléaire iranien: un accord trouvé à Genève

Slate.fr, mis à jour le 24.11.2013 à 8 h 48

L'accord doit apporter des garanties sur le caractère non militaire du programme nucléaire iranien et son contrôle avec en contrepartie un allégement des sanctions qui frappent l'économie iranienne.

Centrale nucléaire de Bushehr, 1.200 km au sud de Téhéran, en 2010. REUTERS/IRNA/Mohammad Babaie

Centrale nucléaire de Bushehr, 1.200 km au sud de Téhéran, en 2010. REUTERS/IRNA/Mohammad Babaie

Après un premier échec le 10 novembre et quatre jours de négociations «difficiles», les grandes puissances et l'Iran sont parvenus à un accord au milieu de la nuit du samedi 23 au dimanche 24 novembre à Genève sur le programme nucléaire de Téhéran.

Les 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande Bretagne et l'Allemagne (5+1) ont conclu un accord intérimaire de six mois qui doit apporter des garanties sur le caractère non militaire du programme nucléaire iranien et son contrôle avec en contrepartie un allégement «limité» des sanctions qui frappent l'économie iranienne.

Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, entourée de tous les ministres engagés dans la négociation, a lu dimanche tôt dans la matinée une déclaration commune: «Nous sommes parvenus à un accord sur un plan d'action», a-t-elle dit, avec à ses côtés le ministre iranien des Affaires Étrangères Mohammad Javad Zarif. Les ministres se sont ensuite chaleureusement congratulés avec Javad Zarif, ce dernier évitant de serrer la main de Mme Ashton pour des raisons religieuses

La Maison Blanche a annoncé que l'accord prévoit que l'Iran arrête d'enrichir l'uranium au-dessus de 5% et cesse d'installer de nouvelles centrifugeuses.
 En échange, les grandes puissances n'imposeront pas au cours des six prochains mois de nouvelles sanctions à l'Iran, qui promet aussi de neutraliser ses stocks d'uranium enrichi à 20%.

Washington ajoute que l'Iran s'engage aussi à stopper son projet de réacteur à eau lourde d'Arak pouvant produire du plutonium militaire, ce que la France exigeait.

La Maison Blanche détaille dans un document l'allégement des sanctions contre la République islamique, prévu au cours des six prochains mois. Ils concernent notamment les revenus liés au commerce de l'or et des métaux précieux, aux produits pétrochimiques, ainsi qu'au secteur automobile iranien, Téhéran serait en mesure d'accéder à 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros). De plus, à propos des revenus pétroliers, «on autorisera le transfert de 4,2 milliards de dollars issus de ces ventes si l'Iran respecte ses engagements, et quand il le fera».

S'exprimant devant les journalistes, Mohammad Javad Zarif a expliqué que l'accord contient une «référence claire selon laquelle l'enrichissement va continuer» en Iran, une question qui a été considérée longtemps comme la principale pierre d'achoppement des négociations. «Nous estimons que c'est notre droit… Nous pensons que cet accord et le plan d'action signifient que "le programme nucléaire iranien va continuer», a-t-il ajouté.

«Nous ne conclurons un accord, les six pays concernés, que si nous pensons que c'est un accord vraiment utile qui traite des problèmes soulevés par le programme nucléaire iranien», avait prévenu Le Secrétaire au Foreign Office William Hague. Renvoyant à l'historique de cette confrontation qui dure depuis plus de dix ans entre l'Iran et la communauté internationale, le diplomate britannique s'était référé à l'histoire, soulignant «à quel point ce programme a été caché et a défié les accords internationaux».

Le dossier, totalement bloqué depuis des années, a pu progresser avec l'élection en juin du président Hassan Rohani, qui a accompli depuis plusieurs gestes d'ouverture à l'intention de l'Occident. L'Iran a également été contraint de négocier du fait de difficultés économiques grandissantes liées aux sanctions économiques. L’inflation serait de l’ordre de 50% et le taux de chômage autour de 20% de la population active. L’économie iranienne était en récession en 2012 et le sera encore en 2013.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte