Monde / Allemagne

On a retrouvé le texte de loi à l'origine de la Gestapo

Temps de lecture : 2 min

Heinrich Himmler et Hermann Goering. German Federal Archives via Wikimedia Commons.
Heinrich Himmler et Hermann Goering. German Federal Archives via Wikimedia Commons.

Cela faisait près de 75 ans que l'original avait disparu. Le texte de loi daté du 24 avril 1933 instaurant la constitution d'une police secrète de la Prusse, connue plus tard sous le surnom de Gestapo, vient d'être retrouvé par hasard à Berlin dans les locaux des Archives secrètes de l'Héritage culturel de Prusse, rapporte le quotidien Die Welt.

Reproduit dans son intégralité dans le magazine édité par la Fondation pour l'Héritage culturel de Prusse, le SPK-Magazin (non disponible en ligne mais qu'il est possible commander gratuitement ici), le texte comporte quatre paragraphes à la formulation volontairement très vague pour donner le plus de pouvoirs possibles à cette police en devenir. Il est par exemple inscrit dans le premier paragraphe qu'elle a pour vocation «la prise en charge des missions de la police politique au côté ou à la place des services de police».

Au départ, cette police secrète, qui allait devenir celle du Troisième Reich, était surnommée la Gestapa, abréviation de Geheime Staatspolizeiamt (Office de la police secrète). A partir de l'année suivante, lorsque toutes les polices des autres Länder de l'Allemagne furent réunies sous la direction d'Heinrich Himmler, l'abréviation Gestapa se mua en Gestapo.

Le paragraphe 2 imposait à tous les services de police de prêter main forte à la Gestapa. Les deux paragraphes suivants donnaient enfin les pleins pouvoirs au ministre de l'Intérieur, poste alors occupé par le dignitaire nazi Wilhelm Frick, pour pouvoir faire appliquer cette loi.

Le quotidien Die Welt attire l'attention sur un détail troublant figurant sur ce document. Celui-ci a été signé de la main d'Hitler, précédé de la mention:

«La loi qui précède, décrétée par le ministère de la Prusse, est proclamée par la présente. Berlin, le 26 avril 1933. Chancelier du Reich.»

En tant que chancelier, Hitler n'était pourtant pas habilité à promulguer de lois. Cette responsabilité revenait au ministre-président, poste à cette époque occupé par Hermann Göring. La signature d'Hitler a donc été rayée et remplacée par celle de Goering sur le même document.

Pour Paul Marcus, chef du département des Archives secrètes de l'Héritage culturel de Prusse, ce détail montre à quel point les nazis pensaient être au-dessus des lois:

«Si l'on avait voulu faire les choses correctement, une nouvelle loi aurait dû être délivrée. Le fait que la signature d'Hitler ait été alors simplement barrée et remplacée par la signature de Göring sur le même document montre la posture totalement dénuée de scrupules qu'avaient les national-socialistes vis-à-vis du droit et de la loi.»

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Sur la rivière Oubangui, qui marque la frontière naturelle entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, ceux qui s’apparentent à des pêcheurs trompent le regard des badauds venus se désaltérer dans les bars du...

Newsletters