CultureMonde

Les Français se prennent-ils trop au sérieux? [La France «trashy» 1/4]

Chelsea Fagan, mis à jour le 28.11.2013 à 16 h 06

Un débat franco-américain sur les différences entre nos deux cultures. Episode 1: on ne peut plus rien leur dire, aux Français?

Paris, le 7 août 2013. REUTERS/Christian Hartmann

Paris, le 7 août 2013. REUTERS/Christian Hartmann

En octobre dernier, «21 Embarrassing Reasons Why French People Are Way Trashier Than Americans», un article américain sur la culture «trashy» des Français, a provoqué des réactions très violentes sur Internet.

Chelsea Fagan, son auteure, mène une discussion transatlantique sur le sujet, en français dans le texte, avec une journaliste française, Anaïs Bordages.

De: Chelsea Fagan 
A: Anaïs Bordages

Chère Anaïs,

Au mois d'octobre, j'ai écrit un article se moquant gentiment du paysage culturel français pour le site Thought Catalog. Je l’ai intitulé «21 Embarrassing Reasons Why French People Are Way Trashier Than Americans» («21 raisons gênantes pour lesquelles les Français sont largement plus vulgaires que les Américains»). En dépit du titre acide, mes intentions étaient on ne peut plus pures: notre lectorat est jeune, à la mode, et éduqué –le genre d’Américains qui, loin du cliché du xénophobe-fanatique-de-Bush, éprouvent plutôt de l’affection pour la France.

Comme je l’ai mentionné dans l’introduction de mon article, les lecteurs que je visais ont tendance à voir la France à travers un prisme de luxe et de raffinement, où tout n’est que Louis Vuitton et macarons au bord de la Seine. Et, bien que cela fasse effectivement partie de la culture française, j’ai pensé qu’il serait amusant de leur montrer que, comme nous autres, les Français sont plus que capables d’humour au ras des pâquerettes.

Buzzfeed a publié en juin une liste expliquant pourquoi il fait bon vivre en France, et quasiment chaque point est un énorme cliché –le genre de choses simplistes que les lecteurs américains adorent consommer. C’est l’échappatoire facile qui joue sur les stéréotypes, là où il est à mon avis clairement plus intéressant d’aller à l’encontre des notions préétablies et de rappeler que, comme nous, les Français sont des êtres humains, dont l’identité culturelle ne s’arrête pas aux escargots et aux baguettes.

Mon article ciblait intégralement un public américain, et usait du genre d’humour sarcastique auquel nous avons habitué nos lecteurs. L’article a fait le buzz, ce qui est le rêve de tout auteur humoristique, mais il a surtout fait le buzz parmi les Français, et nombre d’entre eux n’ont pas été franchement amusés. J’ai perdu le compte exact du nombre de fois où j’ai été traitée de «moche», de «grosse» ou de «salope» –sans doute une bonne centaine de fois. Certains m’ont menacée d’actes sexuels violents tout en faisant preuve d'une étrange allégresse. J’ai même eu droit à des articles-réponses, comme celui de Konbini, dont le ton semblait bien plus personnel et négatif que celui que j’avais publié initialement.

Si je m’étais doutée que cet article serait lu par autant de Français, j’aurais d’emblée évité d’employer le mot «trash». Le sens en anglais est beaucoup plus léger (plus proche de «kitsch» qu’autre chose) et n’implique pas le même manque de respect qu’en Français. En fait, il existe même une certaine forme de fascination aux Etats-Unis, et en particulier parmi notre lectorat, pour la culture vulgaire et populaire.

Ce qui me dérange le plus, c’est la rage avec laquelle de nombreuses personnes ont répondu, là où j’ai le sentiment que, de bien des façons, ce genre d’humour est ce dont nos deux pays ont besoin. En l’état, l’humour américain au sujet de la France est superficiel, mais l’inverse est également vrai! J’ai passé trois années à entendre des moqueries françaises visant les Américains, parfois teintées de colère, parfois pas. J’ai toujours fait l’effort de les accepter sans sourciller car j’ai le sentiment que ne pas être capable de rire des absurdités propres à son pays est un handicap majeur au sein d’une communauté mondiale, comme celle que nous partageons avec Internet.

Je suis attristée de constater que certains Français ont mal interprété mon article, et profondément désolée si j’ai offensé quiconque avec mes plaisanteries, mais je t’avoue que la violence de certaines réactions m’a vraiment interpellée.

Chelsea

» LA RÉPONSE D'ANAÏS Oui, les Français aussi peuvent être vulgaires

Chelsea Fagan
Chelsea Fagan (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte