Science & santéMonde

Le super typhon Haiyan, une vision de ce que nous réserve l'avenir

Phil Plait, mis à jour le 13.11.2013 à 10 h 59

On ne peut pas dire que le changement climatique est la cause de la puissance du typhon qui a ravagé les Philippines. Mais on sait que demain, les cyclones seront soit moins nombreux et plus puissants soit plus fréquents et plus puissants.

Photo by Roscosmos / NTSOMZ / SRC «Planeta» / zelenyikot.livejournal.com

Photo by Roscosmos / NTSOMZ / SRC «Planeta» / zelenyikot.livejournal.com

Le 11 novembre, le super-typhon Haiyan a frappé la Chine et le Vietnam. Les premières informations font état d'une dizaine de milliers morts et il faudra certainement s'attendre à un nombre bien plus conséquent de blessés. Heureusement –en admettant que le terme soit approprié– la tempête avait considérablement faibli avant de toucher ces pays.

Par contre, c'est au maximum de sa redoutable puissance qu'elle a balayé les Philippines, où l'étendue du désastre dépasse presque l'imagination. On compte, à l'évidence, des milliers de victimes, certaines estimations faisant même état de 10.000 morts. Plus d'un demi-million de personnes ont été déplacées et des millions d'autres ont été touchées d'une manière ou d'une autre. L'aide humanitaire commence à affluer, soit une petite lueur au milieu d'un tunnel de désolation.

Avec ce genre de phénomènes, il est fréquent de se demander pourquoi ils se produisent, comment ils se produisent, et même d'y voir la «main de Dieu».

Nourrir le monstre

Cependant, nous savons ce qui cause des cyclones de grande envergure, soit des ouragans et des typhons: cette cause, c'est la chaleur. Plus précisément, il s'agit de la chaleur de l'eau qui fournit à la tempête son énergie. L'eau réchauffe l'air au-dessus d'elle qui réagit en s'élevant. L'air froid environnant est aspiré, réchauffé par l'eau, s'élève, et le cycle continue. A mesure que le processus se renforce, la rotation de la terre fait tourner ces énormes masses d'air et vous obtenez un ouragan (ou un typhon, comme on les appelle quand ils se produisent dans l'Océan Pacifique – le terme générique étant «cyclone tropical»). Le phénomène se poursuit tant qu'il trouve de l'énergie.

Vous avez peut-être déjà compris où je veux en venir. Plus il y a d'eau chaude, plus le cyclone tropical peut trouver d'énergie. C'est pour cela qu'ils se produisent en été, pas en hiver, car l'eau doit être chaude. Et si l'eau est plus chaude que d'habitude, ou s'il y a davantage d'eau chaude, alors le système peut se développer jusqu'à en devenir monstrueux.  

Mais nous savons –nous savons– que les océans se réchauffent. Tout un tas d'énergie s'y accumule parce que nous savons –nous savons– que l'excès de dioxyde de carbone dans l'air empêche à la Terre d'expulser une partie de l'énergie qu'elle reçoit du Soleil. Le processus est aussi simple qu'il est terrible et accablant: davantage de CO2, c'est davantage d'énergie, et c'est davantage de chaleur stockée dans les océans.

Ce qui signifie soit davantage de typhons et d'ouragans, soit des ouragans et des typhons plus puissants.

A qui la faute?

Je ferai remarquer, avec quelques réserves, que nous ne pouvons pas dire si une tempête spécifique est due au réchauffement climatique. Comme l'explique le climatologue Michael Mann, c'est comme jouer avec un dé pipé; il est tout à fait possible, dans n'importe quel lancé, d'obtenir naturellement un double six, mais sur la durée, il y en aura davantage qu'au cours d'un processus purement aléatoire.  

Ces dernières années, les eaux de l'océan Pacifique se sont réchauffées. Haiyan s'en est nourri et le nombre de grosses tempêtes s'est lui aussi récemment multiplié. Avec Haiyan, on a atteint des vents de 315 km/h, voire un peu moins de 380 km/h juste avant que le typhon atteigne les terres; en général, de telles vitesses sont le propre de tornades, pas d'ouragans. Haiyan est l'une des plus grosses tempêtes, si ce n'est LA plus grosse à atteindre les terres dans toute l'histoire de la climatologie

Peut-on affirmer que le réchauffement climatique a directement fait d'Haiyan le monstre qu'il a été? Non, bien sûr que non, de nombreux facteurs influent sur la taille et la puissance d'une tempête. Sa trajectoire, les vents des couches supérieures de l'atmosphère, le taux d'humidité dans l'air: tout cela contribue à la force d'un cyclone.

Peut-on dire alors que le réchauffement climatique a contribué à la violence du typhon? Non, même là, ce serait un tantinet bancal. Il est très difficile de démêler les différents facteurs causant la formation et le développement d'un cyclone. Il faut remarquer, par exemple, que le vaste réservoir d'eau chaude du Pacifique a nourri le typhon sur toute sa trajectoire.

Pour autant, l'actuelle saison des ouragans dans l'Atlantique est relativement modérée, non pas à cause d'un manque d'eau chaude, mais plus probablement à cause de bouffées d'air sec et d'un cisaillement plus conséquent qu'à l'accoutumée, phénomènes qui ont tendance à étouffer les ouragans dans l’œuf.

Ce qui explique pourquoi le dernier rapport du Giec indique un «niveau de confiance faible» quant à l'idée que le réchauffement climatique contribuerait de manière significative à l'activité cyclonique actuelle[1]. Ce n'est pas que le réchauffement climatique n'y contribue pas, mais simplement que nous ne savons pas s'il y contribue.

Mais tout cela concerne les conditions actuelles, soit les cyclones qui se produisent aujourd'hui. Quid de l'avenir?

Un futur en réchauffement

S'il peut être difficile de connaître, à l'heure actuelle, les effets du réchauffement climatique sur les cyclones, il est quasi certain que cela ne sera pas toujours le cas.  

Nous savons que le changement climatique est réel et que la planète se réchauffe. Nous savons que les océans se réchauffent et que cela nourrit les cyclones. Les choses peuvent fluctuer sur une saison cyclonique ou même pendant quelques années. Mais d'ici plusieurs décennies, ces conditions se feront connaître.

Avec le temps, et le réchauffement croissant de notre planète, la probabilité de voir survenir de plus en plus de violentes tempêtes augmente elle aussi. Le moins qu'on puisse dire, vu que les océans se réchauffent, c'est qu'il y aura davantage de carburant pour ces phénomènes.

Climate Central propose un intéressant article prospectif: selon certains chercheurs, les cyclones seront moins nombreux, mais plus puissants, pour d'autres, ils seront à la fois plus fréquents ET plus puissants.

Et c'est bien ce qui me préoccupe. Haiyan ne deviendra peut-être pas la norme avant un certain temps, mais quand ce temps arrivera, ce sera probablement trop tard. Vous pouvez parfaitement commencer à vous occuper de votre retraite à 64 ans, mais dans ce cas, vous l'aurez dans l'os. Vous devez vous en occuper des dizaines d'années à l'avance.

Le réchauffement climatique est un plan épargne retraite diabolique. Ignorez-le, et vous finirez par vous en mordre méchamment les doigts.

A mon avis, sur l'état de notre futur, les alertes ne manquent pas. Le réchauffement climatique est tout à fait réel, et il est tout à fait réel maintenant. Nous avons les faits scientifiques qui en attestent. Nous savons que les températures grimpent. Nous savons que le niveau de la mer monte, que la calotte glaciaire fond, que les glaciers reculent, et toute une kyrielle d'autres problèmes. Et nous savons que ces effets sont dus à l'influence humaine.

Il est possible, ou non, que le super-typhon Haiyan en fasse partie. Mais ce qui est certain, c'est qu'il nous donne un avant-goût de notre avenir. Quand cesserons-nous d'y voir la main de Dieu pour y reconnaître, enfin, la main de l'Homme?

L'animation ci-dessus est composée d'observations du satellite Elektro-L, avec l'autorisation de Roscosmos / NTSOMZ / SRC «Planeta» / zelenyikot.livejournal.com. Je remercie Vitaliy Egorov de me l'avoir envoyée.

Phil Plait

Traduit par Peggy Sastre

[1] N.B. Un niveau de confiance faible ne veut pas dire «improbable», mais simplement que les chercheurs ne peuvent pas être assurés d'une manière ou d'une autre. Encore une raison qui fait que je ne suis pas totalement emballé par la terminologie choisie dans le rapport du Giec; il est facile d'en dissimuler la signification réelle. Retourner à l'article

Phil Plait
Phil Plait (71 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte