C'est dans l'actuMonde

«Les survivants marchent comme des zombies»: visualiser les destructions aux Philippines en 4 citations et deux vidéos

Johan Hufnagel, mis à jour le 10.11.2013 à 9 h 52

Tacloban City, le 10 novembre. REUTERS/Romeo Ranoco

10.000 morts au moins, 70 à 80% de la zone traversée par le typhon dévastée… Les dégâts sur le centre des Philippines sont très importants, notamment à Tacloban City. Voici ce que disent les témoins des destructions du super typhon Haiyan:

«Les survivants marchent comme des zombies, à la recherche de nourriture. On dirait un film.» Jenny Chu, étudiante en médecine à Leyte. [REUTERS]

«Nous avons tenu une réunion de crise samedi soir avec le chef du gouvernement de la région et d’autres officiels. En se basant sur des estimations, il a dit que 10.000 personnes étaient mortes.» Elmer Soria, le chef de la police des Philippines  [REUTERS]

«Depuis un hélicoptère, on peut mesurer le niveau des destructions. Depuis la côte jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres, il ne reste plus un seul bâtiment debout. On dirait qu’un tsunami a tout ravagé.» Le ministre de l’Intérieur Manuel Roxas.

«Tacloban City est dévastée. La ville est un horrible paysage fait de bâtiments défoncés et arbres complètement arrachés. Il y a des pillages, et des cadavres en décomposition à l’air libre. Le typhon a frappé rapidement et n'a pas duré longtemps, seulement quelques heures, mais il a touché la ville avec une incroyable férocité. Au plus fort de la tempête, la fenêtre de notre hôtel a explosé et le béton a tremblé sous l'impact des débris volants. Des immeubles voisins ont été réduits en poussière. Dans notre hôtel, des personnes prises au piège, au 1er étage, ont fracassé les vitres de leurs chambres pour éviter la noyade et appelé à l'aide. Nous avons laissé tomber nos caméras et utilisé les matelas pour transporter physiquement les personnes âgées et les abriter deuxième étage.

La ville n'a plus de communication avec le monde extérieur. Les hôpitaux débordent de blessés graves. J'ai réussi à sortir de la ville dans un hélicoptère militaire et joint Cebu via un C-130, assis à côté de cadavres dans des sacs mortuaires. Météorologiquement parlant, le super typhon HAIYAN était fascinant; d'un point de vue humain, c'était absolument horrible.»  Le chasseur de cyclone Josh Morgerman

«Il n’y a plus de communication, l’antenne locale est ouverte, mais nous ne savons pas quoi leur envoyer. Nous avons besoin de savoir s’ils sont sains et sauf et qu’ils nous fassent une évaluation de la situation afin de leur envoyer ce dont ils ont besoin en aide médicale ou logistique.» Le président du bureau philippin de la Croix Rouge, Richard Gordon. [Via The Guardian]

Reportage de la télévision philippine à Palo, dans l'île de Leyte

Johan Hufnagel
Johan Hufnagel (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte