CultureMonde

Comment les artistes nord-coréens voient Pékin (qu’ils n’ont jamais vue)?

Caroline Piquet, mis à jour le 23.10.2013 à 15 h 37

Glorious CCTV Tower ©The Beautiful Future

Glorious CCTV Tower ©The Beautiful Future

La série de tableaux The Beautiful Future, littéralement «Le bel avenir», a été présentée dans le cadre de la Beijing Design Week («La semaine du design de Pékin»). C’est une commande que deux expatriés britanniques vivant à Pékin depuis une vingtaine d’années ont faite à des artistes nord-coréens, propagandistes du régime de Kim Jong-un.

Pour être plus précis, ils leur ont envoyé des croquis d’œuvres architecturales contemporaines pékinoises, puis les ont invités à les compléter dans la pure tradition de leur art, à donner leur vision de la modernité dans un pays qu’ils ne connaissent pas (et qu’ils ne connaîtront peut-être jamais).

L’un des deux commanditaires, Nick Bonner, explique à Oliver Wainwright du Guardian:

«Nous souhaitions montrer comment la Chine aurait pu être, si elle avait perpétué l’idéologie maoïste.»

Bird's Nest, Home Of The People («Le Nid d’Oiseau, la maison du peuple») ©The Beautiful Future

Cette image représente le stade national de Pékin, surnommé le «Nid d’Oiseau», spécialement conçu pour les Jeux olympiques de 2008. L’homme qui tient l’appareil photo est vêtu du traditionnel costume Mao, «qui était typique dans les villes chinoises jusqu’aux années 1980», rappelle Matt Schiavenza dans The Atlantic.

CCTV Tower With Bountiful Harvest («La Tour CCTV avec des récoltes abondantes») ©The Beautiful Future

C’est une représentation du nouveau siège de la télévision d’Etat CCTV (construit en 2008), qui semble, aux yeux des peintres nord-coréens, être construit au milieu de terres agricoles. Dans la réalité, le bâtiment se dresse «à côté de la troisième rocade est de Pékin», précise The Atlantic, en plein centre ville, entouré de kilomètres carrés de béton à perte de vue.

Glorious CCTV Tower («La glorieuse tour de la CCTV») ©The Beautiful Future

Une autre représentation du siège de la CCTV, avec un soleil rouge –conséquence de la pollution.

City Migration («Migration urbaine») ©The Beautiful Future

Des gens font la queue pour entrer dans ce qui ressemble à une fusée spatiale. «Cette image semble faire écho à la fois aux ambitions spatiales chinoises et à la migration urbaine, massive en Chine depuis vingt ans», dit de son côté Adam Taylor sur Business Insider.

 

Office Culture For Prosperity («La culture de bureau pour la prospérité») ©The Beautiful Future

Cette scène de bureau montre des gens qui travaillent sur des terminaux informatiques, peinte par des artistes qui n’ont visiblement jamais connu l’Internet tel qu'il existe chez nous. Selon Adam Taylor, du Business Insider, cette image transpose les affiches de propagandes industrielles et agricoles à l’ère du travail en col blanc.

 

Water Cube For Clean Air And Healthy Life («Le Water Cube pour l’air pur et une vie saine») ©The Beautiful Future

Ce tableau représente le complexe sportif de natation de Pékin, également appelé le Water Cube.

KTV Gives Us A Voice («Karaoke Télévision nous permet de nous exprimer») ©The Beautiful Future

Des soldats portant l’uniforme old style de l’Armée populaire de libération chantent dans un bar à karaoke.

Disco Night To Enhance The Day («Les nuits disco pour embellir le jour») ©The Beautiful Future

Voilà comment la propagande socialiste imagine la vie nocturne en Chine.

Evidemment, toutes ces scènes «oublient» les réformes économiques des dernières années, qui ont stimulé le développement économique de Pékin. Pendant la Révolution culturelle (1966-1976), les affiches de propagandes représentant des paysans souriants étaient omniprésentes. Pour les Chinois, aujourd’hui, ces affiches sont considérées comme du folklore maoïste kitchissime. Selon Gizmodo, «c’est le futur, peint à la lumière du passé.»

Ce qui est intéressant dans cette vision, c’est précisément «qu’ils en disent plus sur la Corée du Nord que sur la Chine». Bien que ces deux pays sont alliés (la Corée du Nord est très dépendante de l’aide financière de la Chine), la plupart des Nord-Coréens n’ont jamais vu la Chine, comme le souligne Matt Schiacenza:

«Il est frappant de constater que les peintres ont représenté Pékin comme une version fastueuse et clinquante de Pyongyang.»

Caroline Piquet
Caroline Piquet (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte