C'est dans l'actuMonde

Russie: un attentat suicide contre un bus filmé par un automobiliste

Slate.fr, mis à jour le 25.11.2013 à 15 h 08

Capture d'écran de YouTube

Capture d'écran de YouTube

Une femme kamikaze s’est fait exploser dans un bus ce lundi 21 octobre dans le sud de la Russie. L'attentat, qui a eu lieu alors que le bus roulait sur une route à plusieurs voies, a pour le moment fait six morts et plus de 30 blessés selon les autorités russes. Selon l’agence de presse russe RIA Novosti, 50 personnes se trouvaient dans le bus au moment de l’explosion.

L’attaque terroriste, qui s’est déroulée dans la ville de Volgograd (anciennement Stalingrad), fait ressurgir les craintes sur la sécurité des Jeux olympiques qui vont se tenir à Sotchi au début de l’année prochaine, rapporte Associated Press.

Un témoin a confié à la police locale que la femme est montée à bord du bus en portant un voile musulman traditionnel et a fait exploser la bombe presque aussitôt, rapporte Christian Science Monitor. Reuters cite une source au sein des autorités locales du Daghestan selon laquelle la suspecte était la femme de Dimitri Sokolov, un homme de la banlieue de Moscou qui a rejoint un groupe d’insurgés au Daghestan l’année dernière.

Les autorités russes ont montré une vidéo de l’explosion prise par une caméra embarquée dans une voiture qui était derrière le bus:

La vidéo est une nouvelle illustration d’un phénomène que nous décrivions en février dernier: la manie des russes de mettre des caméras dans leurs voitures.

Celesia Barry expliquait sur Slate que la principale raison à cette mode spécifique à la Russie était la peur des arnaques et de la corruption:

«La victime s'arrête à un feu ou un stop derrière la voiture de l’escroc. Celle-ci percute la victime en reculant brusquement avant de l'accuser de lui être rentré dedans. La vidéo suivante, tournée à Toronto, au Canada, illustre ce type d'arnaque. […]

A chaque fois, un accord est proposé à la victime: soit elle rembourse immédiatement les dégâts ou dédommage le préjudice, soit l'escroc appelle la police. Effrayées et sans aucune preuve de l'arnaque, la plupart des victimes acceptent l'accord, dont le montant dépend de l'habilité de l'arnaqueur.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
sécuritéSotchibusvidéovoiture
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte