Santé / Monde

Dick Cheney a craint que son stimulateur cardiaque puisse être hacké. Oui, comme dans Homeland

Temps de lecture : 2 min

George W. Bush et Dick Cheney, le 20 janvier 2009, lors de l'investiture de Barack Obama. REUTERS/Jason Reed.
George W. Bush et Dick Cheney, le 20 janvier 2009, lors de l'investiture de Barack Obama. REUTERS/Jason Reed.

[Attention, ce post contient un spoiler de la deuxième saison de la série américain Homeland.]

Une célèbre scène de la série Homeland serait donc réaliste. C’est en tout cas ce que pense l’ancien vice-Président américain Dick Cheney. «J’ai trouvé ça crédible», a-t-il dit, à propos d'une séquence de la saison 2 de la série de la chaîne Showtime qui montre une action terroriste consistant à hacker le stimulateur cardiaque du vice-président américain pour tenter de l'assassiner. «C’est une représentation exacte de ce qui est possible.»

Parano, Dick? Peut-être. Mais dans un entretien accordé à l’émission 60 Minutes au sujet de la bataille de l’ancien VP avec son cœur, c’est le cardiologue de Cheney lui-même, Jonathan Reiner, qui a tiré le signal d’alarme et fait désactiver les fonctions sans fil du défibrillateur. Avant la diffusion de la série, donc... «Il m’a semblé que ce n’était pas une bonne idée que le vice-Président des Etats-Unis soit équipé d’un appareil que quelqu’un, dans une chambre d’hôtel mitoyenne, ou depuis les escaliers, puisse pénétrer, hacker. (...) J’étais inquiet que quelqu’un puisse vous tuer», dit Reiner.

Dans la série Homeland, dont la troisième saison est actuellement en cours de diffusion aux Etats-Unis -en France, c'est Canal+ qui possède ses droits-, le vice-Président américain, est comme Dick Cheney, un faucon.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Dans la vraie vie, Cheney, vice-président de George W Bush de 2000 à 2008, a été victime de cinq attaques cardiaques dont une quelques semaines avant son entrée en fonction et a subi un quadruple pontage coronarien (comme Bill Clinton).

Newsletters

Une infection grave au Covid-19 doublerait les risques de mourir l'année suivante

Une infection grave au Covid-19 doublerait les risques de mourir l'année suivante

Cette tendance est particulièrement notable chez les moins de 65 ans, selon une nouvelle étude.

Quand faut-il emmener son enfant chez le psy?

Quand faut-il emmener son enfant chez le psy?

Les symptômes des bambins, si tant est qu'ils en soient vraiment, expriment souvent des névroses qui ont à voir avec les parents.

Faut-il craindre la disparition des personnes porteuses de trisomie 21?

Faut-il craindre la disparition des personnes porteuses de trisomie 21?

Les personnes porteuses du syndrome de Down restent au cœur d'une bataille réactionnaire à propos du droit à l'avortement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio