EconomieEconomie

Un défaut de paiement américain serait le premier d'un grand pays occidental depuis... l'Allemagne nazie en 1933

Laszlo Perelstein, mis à jour le 16.10.2013 à 18 h 58

Exchange Money Conversion to Foreign Currency.epSos.de via Flickr CC License by.

Exchange Money Conversion to Foreign Currency.epSos.de via Flickr CC License by.

À moins d'un accord de dernière minute, les États-Unis ne pourront plus emprunter dès ce soir, minuit. Bloqué par le plafond de la dette, le Trésor ne devra compter que sur ses deniers propres. Et ses réserves pourraient expirer entre le 22 et le 31 octobre. Les États-Unis seraient alors en défaut de paiement, une situation inédite pour un grand pays occidental depuis... l’Allemagne nazie de 1933, rapporte Bloomberg.

Acculée par les dettes contractées pour rembourser les réparations de la Première Guerre mondiale, la République de Weimar a vécu à crédit entre 1924 et 1929, empruntant auprès des États-Unis, rappelait Albrecht Ritschl, historien à La London School of Economics de Londres, lors d’une interview donnée en juin 2011 au Spiegel et traduite dans Courrier International.

Lorsque la crise frappe, tout le système s’effondre et, le 6 mai 1933, deux mois après que le Parlement a donné les pleins pouvoirs à Adolf Hitler, l’Allemagne entre en défaut de paiement pour les prêts à long terme. L’ampleur de la crise est énorme, expose Ritschl:

«Si l’on prend la puissance économique des Etats-Unis comme point de référence, le défaut allemand des années 1930 a eu autant d’impact que la crise financière de 2008.»

D'après le célèbre Ian Kershaw, auteur de Qu'est-ce que le nazisme?, la politique d'expansion nazie et les pillages commandités par Hitler vont alors permettre à l'Allemagne d'éviter une crise économique et financière plus grave encore. Il faudra attendre l'accord de Londres de 1953 sur les dettes extérieures allemandes pour que le sort des réparations de la Première Guerre mondiale soit réglé. Elles seront finalement soldées le 3 octobre 2010.

«Ce sont généralement des évènements économiques catastrophiques», commente le professeur Eugène N. White, un historien de l’économie à l’université Rutgers (New Jersey), interrogé par Bloomberg. «Il n’y a pas de fin heureuse.»

Depuis l'Allemagne des années 30, d’autres pays sont entrés en défaut de paiement: la Russie en 1998 après la chute des cours du pétrole, l’Argentine en 2001 ou encore la Grèce en 2012, rappelle Bloomberg. Mais Albrecht Ritschl estime toutefois qu’il n’est pas possible de comparer ces crises avec celle qui menace Washington:

«La seule situation vraiment parallèle à la situation des actuelle des États-Unis est la situation des États-Unis.»

En 2011, Obama était parvenu à trouver un accord de dernière minute concernant la dette américaine. À l’époque, le président américain avait évité le «shutdown». Cette fois, ce ne sont plus des fonctionnaires qui risquent de ne pas être payés mais des pays entiers, la Chine en tête.

Laszlo Perelstein
Laszlo Perelstein (83 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte