Lu, Vu & EntenduMonde

Atteint de dystrophie musculaire, Maickel Melamed termine le marathon de Chicago en 17 heures

Anaïs Bordages, mis à jour le 15.10.2013 à 12 h 33

Maickel Melamed sur la ligne d'arrivée / capture d'écran via NBC Chicago

Maickel Melamed sur la ligne d'arrivée / capture d'écran via NBC Chicago

Le 13 octobre, l’athlète kenyan Denis Kimetto a remporté le marathon de Chicago au bout de 2 heures, 3 minutes et 45 secondes. C’est la troisième meilleure performance de tous les temps selon l’Equipe. Mais le plus grand vainqueur de la course n’est sans doute pas lui. 

Maickel Melamed est atteint d’une pathologie rare semblable à la dystrophie musculaire –une maladie neuromusculaire qui atrophie les muscles dans l’organisme. A sa naissance, les docteurs disaient qu’il ne pourrait jamais marcher. Pourtant, ce Vénézuélien de 38 ans a terminé le marathon de Chicago, après presque 17 heures de course –la plupart des participants terminent au bout de quatre ou cinq heures.

A 1h30 du matin, alors que le chronomètre était éteint, les tentes de secours médical démontées et les rues rouvertes au public, NBC Chicago a filmé l’arrivée du Vénézuélien:


via NBC Chicago

Une centaine de personnes se trouvaient sur la ligne d’arrivée pour accueillir Maickel Melamed. Il a reçu une médaille pour avoir fini la course en dernier, qu’il a immédiatement donnée à son père, selon le Chicago Tribune.

«Comment je me sens? Un peu fatigué», a-t-il plaisanté au terme d'une course de 42,195 kilomètres. 

«Quand on franchit la ligne d’arrivée, on se dit que l’on peut accomplir tout ce qu’on veut dans notre vie. [...] Mon message, c’est que si c’est votre rêve, réalisez-le. Etre en vie est la plus belle chose qui puisse vous arriver. Tirez-en parti, et partagez ça autour de vous.»

Maickel Melamed peut être d’autant plus fier que sur les 40.000 participants du marathon, près de 900 n'ont pas franchi la ligne d’arrivée.

Selon le Chicago Tribune, Melamed est un économiste de formation, qui s’est récemment reconverti en psychothérapeute et anime des ateliers sur la dystrophie musculaire dans plusieurs pays.

En 2006, il a réussi l’ascension du plus haut sommet vénézuélien, le Pico Bolivar. Par ailleurs, Associated Press nous apprend que Melamed en est à son troisième marathon, puisqu’il a déjà couru ceux de New York et de Berlin. Il se prépare désormais pour les marathons de Tokyo et de Boston. 

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte