Lu, Vu & EntenduMonde

Inde: il vise le poste de Premier ministre et fait sa pub sur un smartphone

Caroline Piquet, mis à jour le 14.10.2013 à 12 h 12

Capture d’écran du site Smartnamo.com.

Capture d’écran du site Smartnamo.com.

Un nouveau téléphone portable vient d'être mis sur le marché en Inde, rapporte Quartz. Jusque-là, rien de très surprenant. Mais il s'agit d'un smartphone à l’effigie de Narenda Modi, chef de l'exécutif de l’Etat du Gujarat, qui deviendra Premier ministre si le principal parti d’opposition, le Bharatiya Janata Party (BJP), remporte les législatives de 2014. Fabriqué en Chine, le smartphone qui fonctionne sous Android, est mis à prix à partir de 18.000 roupies (216 euros) –bien moins cher que ses concurrents selon le Wall Street Journal, qui s’en est procuré un.

Le sexagénaire Narenda Modi, dirigeant nationaliste hindou, partisan de la ligne dure, est un homme politique controversé, notamment pour sa complicité présumée dans la mort de plus de 1.000 personnes lors des pogroms antimusulmans qui ont ensanglanté le Gujarat sous son gouvernement, en 2002. Son nationalisme populiste combiné à un copinage avec les milieux des affaires lui a valu d’être comparé par le New York Times à Bo Xilai, l’ambitieux homme politique chinois tombé en disgrâce (et condamné à la prison à vie).

Narenda Modi a mainte fois loué le modèle du capitalisme d’Etat à la chinoise, voie à suivre en Inde selon lui.

Les entreprises du Gujarat ont toujours tiré profit de sa popularité, notamment en fabriquant des produits dérivés à son effigie –vêtements, tasses, tatouages ou encore musique– dont une partie des bénéfices est reversée au BJP.

Mais cela soulève d’autres questions, à propos de la société indienne basée à Shenzen qui commercialise le smartphone, appelé Smart Namo (NaMo est le surnom de Modi pour ses supporters). Selon Quartz, celle-ci n’a pas révélé les noms de ses bailleurs de fonds, et l’on ne sait pas vraiment si Modi va bénéficier de l’opération. Le PDG de l’entreprise a expliqué à l’Indian Express qu’il était en discussion avec le gouvernement du Gujarat pour mettre en place une usine de fabrication dans la province. Ce qui, bien sûr, mettrait le gouvernement de Modi dans la position de donner son feu vert –et éventuellement accorder des allégements fiscaux ou d’autres avantages– à une entreprise dont le principal produit est conçu pour promouvoir son image.

Caroline Piquet
Caroline Piquet (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte