Partager cet article

Le Koweït a mis au point un détecteur de gays pour repérer (et virer) les expatriés homosexuels

Un drapeau arc-en-ciel. REUTERS/Marko Djurica

Un drapeau arc-en-ciel. REUTERS/Marko Djurica

L'homophobie progresse au Koweït. Le pays du Golfe aurait effectivement mis au point un détecteur de gays, afin de filtrer les expatriés qui souhaitent entrer dans le pays, nous apprend The Atlantic. C’est en tout cas ce qu’a annoncé au quotidien local Al Rai Yousuf Mindkar, le directeur de la santé publique au Koweït –car oui, pour être en bonne santé, il ne faut pas être gay:

«Les centres médicaux conduisent déjà un examen routinier pour évaluer la santé des expatriés lorsqu’ils viennent dans un pays du Conseil de Coopération du Golfe. Cependant, nous allons mettre en place des mesures plus strictes afin de détecter les gays, qui seront ensuite interdits d’entrée au Koweit ou dans n’importe quel pays du CCG», rapporte GulfNews.

Alexander Abad-Santos, le journaliste de The Atlantic, se montre perplexe:

«Comment est-ce que ça va fonctionner exactement? Est-ce que ce sera uniquement des critères visuels [...]? Le Koweit ne sait-il pas que plein de gens LGBT ont passé des années à vivre dans le placard et à prétendre être quelqu’un qu’ils ne sont pas? Est-ce qu’il y aura un détecteur de mensonge?»

Pour l’instant, difficile de répondre, puisque cette mesure n’est pas encore en place: la proposition sera débattue le 11 novembre, lors de la prochaine assemblée du comité central, nous apprend GulfNews.

Par ailleurs, le site rappelle que les «actes homosexuels» sont déjà interdits au Koweït, ainsi qu'à Bahreïn, au Qatar, à Oman, en Arabie saoudite et dans les Emirats Arabes Unis. En 2011, par exemple, 127 gays originaires des pays du Golfe ont été arrêtés pour avoir participé à une soirée gay-friendly dans un village du nord de Bahreïn  

Mais ce ne sont pas les seuls pays à appliquer des lois anti-LGBT de ce type. La Russie est particulièrement connue pour sa répression sévère des homosexuels. En juin 2013, le pays a voté une loi contre la «propagande homosexuelle», un concept un peu vague qui recouvre entre autres les campagnes de prévention et les manifestations pour soutenir les droits des gays.

En juillet dernier, The Guardian dressait la liste des pays les moins tolérants à l’égard des gays. On y apprenait notamment que l’homosexualité est illégale dans 38 pays africains, ou qu’en Iran, être gay est un crime passible de la peine de mort.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte