Sports

Corée du nord: une station de ski de luxe ouvre ses portes

Temps de lecture : 2 min

Le leader nord-coréen Kim Jong-un visite le site de construction de la station de ski de Masik Pass, photo publiée par l’Agence de presse centrale nord-coréenne  (KCNA), via REUTERS
Le leader nord-coréen Kim Jong-un visite le site de construction de la station de ski de Masik Pass, photo publiée par l’Agence de presse centrale nord-coréenne (KCNA), via REUTERS

La Corée du Nord, un pays où personne ou presque ne fait du ski et qui connaît régulièrement des famines, va officiellement inaugurer une station de ski de luxe jeudi 10 octobre, rapporte Associated Press.

Pour marquer l’occasion, le pays, connu pour son aversion pour les journalistes étrangers, a exceptionnellement organisé une visite pour les médias. Masik Pass, le fruit de 10 mois de travail acharné, est le dernier mégaprojet en date du régime communiste, qui veut «montrer que le pays, si souvent raillé pour sa pauvreté et son isolation, est aussi civilisé et culturellement avancé que les autres», écrit Eric Talmadge de l’agence de presse américaine, qui faisait partie des invités.

Talmadge souligne que les hôtels ressemblaient encore à des coques vides et des nids-de-poules jonchaient les routes quelques jours à peine avant le grand jour. Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble le nouveau complexe, le site du Nouvel Observateur propose un diaporama de photos prises par différentes agences.

Quel que soit son état au moment de l’ouverture, la nouvelle station risque d’avoir des problèmes de remplissage: selon le patron de la fédération de ski du pays, environ 5.500 Nord-Coréens pratiquent le sport, soit 0,02% des 24 millions de citoyens.

Mais le complexe réjouira au moins Kim Jong-un, qui aurait découvert les sports de glisse lorsqu’il étudiait en Suisse. Et qui a sans doute voulu répondre à l’attribution de l’organisation des Jeux olympiques d’hiver en 2018 au voisin sud-coréen. Selon le patron de la fédération, la création de la station de ski va permettre à la Corée du Nord, qui n’a gagné que deux médailles aux JO d’hiver dans son histoire, d’avoir son propre champion du monde dans quelques années.

Les autorités ne semblent pas trop inquiètes du fait que les travaux ne seront pas finis pour l’ouverture jeudi, à part sur un point: les remontées mécaniques. Deux installation basiques ont été faites, mais ne fonctionnaient pas au moment de la visite des journalistes.

La Suisse a bloqué un contrat pour vendre des remontées à la Corée du Nord cet été en vertu du régime de sanctions sur les exportations de luxe vers le pays. Les médias d’Etat nord-coréens ont qualifié ce refus de «violation sérieuse des droits de l’homme qui politise le sport et fait de la discrimination contre les Coréens».

Newsletters

Aux Jeux méditerranéens d'Oran, la peur du fiasco guette

Aux Jeux méditerranéens d'Oran, la peur du fiasco guette

La dix-neuvième édition de l'événement inquiète les autorités, perturbées par plusieurs incidents survenus avant même son ouverture.

Geongangmi: comment les femmes coréennes redéfinissent les normes de beauté

Geongangmi: comment les femmes coréennes redéfinissent les normes de beauté

Musclée, bronzée, active: la nouvelle femme coréenne est sportive... Mais encore une fois soumise à des normes de beauté étouffantes.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 mai au 3 juin 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 mai au 3 juin 2022

Heurts entre Palestiniens et armée israélienne, glissements de terrain au Brésil, et tournoi de Roland-Garros... La semaine du 28 mai au 3 juin en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio