Monde / Tech & internet

«Je suis la voix américaine de Siri» et je m'appelle Susan Bennett

Temps de lecture : 2 min

«C'est quoi, Siri?» «C'est moi!». REUTERS/Suzanne Plunkett
«C'est quoi, Siri?» «C'est moi!». REUTERS/Suzanne Plunkett

Tous les jours, elle se fait interroger, insulter, ou draguer par des millions d’Américains. Elle a déjà discuté avec Martin Scorsese, Zooey Deschanel et Samuel L. Jackson. Elle est tellement célèbre que des nouveaux-nés portent son nom. Vous l’avez reconnue? Il s’agit de Siri, l’assistante personnelle de l’iPhone qui vous permet de gérer votre vie quotidienne sans lever le petit doigt.

Zooey Deschanel discute avec Siri

Si le Siri anglais et la Siri australienne ont déjà révélé leur identité, on ne sait toujours pas qui est l’homme qui se cache derrière le Siri français. Aux Etats-Unis aussi, la femme qui a prêté sa voix au système d’Apple est restée inconnue pendant deux ans. Jusqu’à cet article de CNN, qui révèle son identité ce 4 octobre 2013.

Elle s’appelle Susan Bennett, et elle fait partie de ces professionnels du doublage qui vous parlent dans votre GPS («dans. 500. mètres. faites. demi-tour.»), à la radio («Carglass répare, Carglass remplace!»), à la gare ou sur des sites Internet divers et variés.

En 2005, Susan Bennett a signé un contrat pour prêter sa voix à une base de données qui construirait ensuite du langage. Mais elle ne se doutait pas que ses enregistrements, des années plus tard, donneraient vie à Siri.

C’est en octobre 2011, lors de la sortie de l’iPhone 4S, qu’elle a découvert, par accident, ce qu’Apple avait fait de sa voix:

«Une collègue m’a envoyé un mail en me disant: “Hey, on est en train de s’amuser avec cette nouvelle fonctionnalité de l’iPhone. C’est toi non?”»

Pour s’assurer de la véracité des propos de Susan Bennett (Apple n’a pas souhaité confirmer son identité), CNN a embauché un expert pour comparer sa voix avec celle de Siri:

«J’ai fait ce métier pendant trente ans. [...] Les deux voix sont identiques, à 100%», a-t-il affirmé.

Depuis qu’elle a un iPhone, Susan Bennett se retrouve donc parfois à discuter avec elle-même. «Mais je ne lui crie jamais dessus –c’est mauvais pour le karma», plaisante-t-elle.

En 2011 le Guardian se demandait pourquoi Apple avait choisi un Siri masculin pour le Royaume-Uni et un féminin pour les Etats-Unis. Selon Stephen Ebbett, qui travaillait pour la compagnie d'assurances Protectyourbubble.com, «Apple a pensé que les Britanniques feraient davantage confiance à une voix autoritaire alors que les Américains sont jugés plus réceptifs à une voix féminine».

Conclusion: si notre Siri français est un homme, c’est peut-être parce que nous sommes en manque d’autorité.

Newsletters

Apostulat

Apostulat

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

Dans la piscine de Bisan, à Idlib, les enfants courent prudemment sur le rebord, slalomant entre les béquilles et les prothèses. Dans le bassin, Abdul Wahid Al-Naqer s'active, casquette vissée sur la tête, sifflet aux lèvres. Coach de natation...

La Nouvelle-Zélande préfère les voyageurs fortunés aux touristes à sac à dos

La Nouvelle-Zélande préfère les voyageurs fortunés aux touristes à sac à dos

Les backpackers bientôt bannis du pays?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio