Lu, Vu & EntenduMonde

Métisse, elle découvre que son grand-père était le commandant du camp de la Liste de Schindler

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 03.10.2013 à 15 h 00

Couverture du livre de Jennifer Teege. Via Amazon

Couverture du livre de Jennifer Teege. Via Amazon

Que faire de sa vie lorsqu'on apprend une fois adulte que son grand-père était chef de camp de concentration en Pologne? Ecrire un livre, bien sûr.

C'est donc ce qu'a fait Jennifer Teege, 43 ans, dont la BBC raconte l'incroyable histoire. Jennifer a grandi en Allemagne dans un orphelinat et n’a vu sa mère que rarement jusqu’à l’âge de 7 ans. Par la suite, elle a été élevée dans une famille adoptive et n’a plus vu sa mère qu’une fois, lorsqu’elle avait une vingtaine d’années. Elle savait très peu de choses de son passé, sinon que son père était un étudiant nigérien avec lequel sa mère avait eu une aventure.

C’est en 2008, à Hambourg, qu’elle tombe par hasard sur un livre écrit par sa mère, qui contient des archives photographiques d’un homme, Amon Leopold Göth, dont elle comprend alors qu’elle est la petite-fille.

Un choc, puisque Goeth n’est autre que le SS-Hauptsturmführer qui a commandé, de 1943 à 1944, le camp de concentration de Plaszow en Pologne. Un personnage devenu célèbre à titre posthume grâce à Ralph Fiennes qui l’interprète en 1993 dans La liste de Schindler de Steven Spielberg…

Goeth est depuis considéré comme un personnage emblématique de la cruauté nazie, la scène lors de laquelle il tire sur des juifs captifs du camp depuis son balcon est restée dans les mémoires.

Et la scène n’a pas été inventée par le scénariste:

Amon Goeth, dit «le boucher d'Hitler» via Yad Vashem

Goeth entraînait aussi ses deux chiens pour qu'ils s'attaquent aux détenus. «Un vicieux sadique qui prenait plaisir à torturer les prisonniers et fut même renvoyé par les Nazis pour son traitement et ses châtiments particulièrement barbares», écrit The Independent. Après la guerre, il fut jugé et condamné à mort en 1946, à l’âge de 37 ans, par pendaison.

Réalisant qu’en tant que métis, elle aurait été une cible des nazis et de son grand-père, Jennifer a eu l’idée d’écrire un livre sur son incroyable ascendance, publié en allemand sous le titre choc: «Amon. Mon grand-père m’aurait tuée».

Le livre de Jennifer Teege. Via Amazon

Ruth-Irene Kalder, la secrétaire et maîtresse de Goeth et grand-mère de Jennifer, est restée quant à elle fidèle à son amant jusqu’au bout. En 1983, un journaliste l'a interviewée dans le cadre d'un documentaire sur Oskar Schindler, dans lequel elle a affirmé que Goeth était «un homme charmant». Elle s'est suicidée le lendemain.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte