Monde

Sans le shutdown de 1995, pas d'affaire Monica Lewinsky

Temps de lecture : 2 min

Monica Lewinsky en 2002. REUTERS/Reuters photographer
Monica Lewinsky en 2002. REUTERS/Reuters photographer

Le 29 septembre, le gouvernement américain a annoncé sa fermeture provisoire, ou «shutdown»: en attendant que le Congrès se mette d'accord sur le budget, les fonctionnaires «non-essentiels» sont invités à rester chez eux.

Le Washington Post explique ainsi que trois quarts des employés de la Maison Blanche devraient se retrouver au chômage technique. Le staff de Barack Obama, en particulier, sera réduit à 129 personnes.

Or, lors du dernier shutdown gouvernemental en 1995, le staff du Président est passé de 430 à environ 90 employés. Qui restait-il alors? Ceux qui avaient un poste à haute responsabilité, et les stagiaires. Dont une certaine Monica Lewinsky.

Seth Masket, qui travaillait pour la Maison Blanche à ce moment-là, se remémore dans Pacific Standard:

«Soudainement, les stagiaires, qui remplissaient d’habitude des tâches de bas niveau liées au café et à la photocopieuse, se sont vues placées dans des positions d’autorité considérable, et ont eu accès à des lieux (l’aile ouest de la Maison Blanche) et à des personnes (le président) auxquels elles n’avaient pas accès auparavant.»

Deux jours après le début du shutdown, le 15 novembre 1995, Monica Lewinsky a donc eu l’opportunité de rencontrer Bill Clinton. Ils se sont embrassés. Vous connaissez la suite.

«Sans ce shutdown, elle n’aurait jamais échangé plus qu’une poignée de mains avec le président», affirme Seth Masket.

Or, si le Monicagate a profondément marqué la fin des années 1990 à cause de son caractère scandaleux, il a aussi eu des conséquences politiques, puisqu'il a entraîné l’impeachment du président et, d'après Seth Masket, perturbé les élections de 1998 et 2000. Selon l'ancien employé fédéral, cette relation scandaleuse aurait nui à la popularité d’Al Gore, le candidat démocrate aux élections présidentielles de 2000.

Heureusement, l’histoire ne risque pas de se reproduire. Lundi 29 septembre, le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a affirmé que les stagiaires ne viendraient pas travailler pendant le nouveau shutdown.

Malgré tout, il semblerait que la température monte à Washington DC. Dès l’annonce du shutdown, certains habitants désireux de s’occuper pendant cette période d’inactivité, se sont mis à poster des petites annonces à caractère sexuel sur le site Craigslist, nous apprend le New York Magazine.

«On ne peut pas baiser les républicains du Congrès, mais on peut au moins baiser entre nous», a ainsi écrit un avocat du gouvernement dans une annonce intitulée «shutdown fun». «Embrassons-nous pour oublier le stress du shutdown», écrivait un autre. C’est ce qu’on appelle voir le bon côté des choses.

Newsletters

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

Le président Xi Jinping a publié il y a quelques années une directive pour mettre fin aux structures excentriques.

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Ses soutiens y voient une réponse à la fraude électorale. L'opposition dénonce quant à elle une entrave au droit de vote.

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Meurtri par une guerre civile sanglante qui a fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés entre 1989 et 2003, le Liberia tente toujours, tant bien que mal, de composer avec son passé douloureux. Comment une nation se reconstruit-elle sans mémoire...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio