Lu, Vu & Entendu / Monde

Une bombe atomique a failli détruire New York, Washington et Baltimore en 1961

Temps de lecture : 2 min

Hiroshima
Hiroshima

Imaginez une bombe 260 fois plus puissante que celle qui a explosé à Hiroshima. Imaginez que le bombardier qui la transporte se disloque en vol au-dessus de Goldsboro, en Caroline du Nord, aux Etats-Unis. Imaginez que Washington, Baltimore, Philadelphie et même New York, c'est-à-dire des millions d'habitants, seraient touchés.

N'imaginez plus, ce scénario n'est pas celui d'un film catastrophe hollywoodien. Les faits se sont réellement déroulés le 23 janvier 1961. C'est ce que révèle The Guardian grâce au journaliste Eric Schlosser qui a exigé d'avoir accès au rapport rédigé en octobre 1969 par Parker F. Jones, superviseur de l'armement nucléaire aux laboratoires Sandia. Le journaliste a obtenu le déclassement de ce document grâce à la loi sur la liberté d'information, Foia.

Selon le rapport publié par The Guardian, l'accident a lieu quand un bombardier B52 rencontre des problèmes lors d'un vol de routine. Il laisse échapper deux bombes Mark 39 à hydrogène au-dessus de Goldsboro.

La première bombe se comporte «normalement», c'est-à-dire que le dispositif de sécurité fonctionne. Mais pas la seconde. Elle réagit comme si elle avait été larguée intentionnellement. Le parachute s'ouvre et un, puis deux, puis trois systèmes de sécurité ne répondent pas. C'est quand la bombe touche le sol que, finalement, un signal est envoyé et un petit interrupteur fait son travail. La catastrophe est évitée de justesse.

Jusqu'à présent, les autorités américaines avaient toujours nié que des vies avaient été en danger. Pourtant, la conclusion de Parker F. Jones est implacable:

«La bombe MK 39 Mod 2 ne possédait pas les mécanismes de sécurité appropriés pour un usage aéroporté à bord d'un B-52.»

Eric Schlosser a découvert ce document dans le cadre de recherches pour un livre sur la course à l'armement nucléaire. Le résultat de son enquête montre qu'au moins 700 accidents «importants» et des incidents impliquant 1.250 armes nucléaires ont été enregistrés entre 1950 et 1968.

Cécile Chalancon Editrice à Slate.fr

Newsletters

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Qui a dit que le papier était sacré? Certainement pas Suzi LeVine. Cette américaine a pris ses fonctions d’ambassadrice en Suisse après avoir prêté serment en posant sa main sur un écran affichant une version numérique de la constitution...

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

Il y a un an, a été lancée Ruptly, une nouvelle agence de presse vidéo russe. Elle ressemble à une agence, avec 110 journalistes, venus de différents pays: Espagne, Grande-Bretagne, Russie, Pologne. Mais c'est en fait «Kremlin TV» explique Spiegel...

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes....

Newsletters