C'est dans l'actuMonde

Tuerie de Washington: les mauvaises blagues sur Obama et Trayvon Martin

Slate.fr, mis à jour le 01.10.2013 à 11 h 57

Une marche en mémoire de Trayvon Martin à New York le 10 avril 2012, REUTERS/Keith Bedford

Une marche en mémoire de Trayvon Martin à New York le 10 avril 2012, REUTERS/Keith Bedford

Aux Etats-Unis aussi, les faits divers impliquant des armes à feu divisent violemment l’opinion publique. Outre-Atlantique, tout le monde se souvient de la phrase de Barack Obama à propos de l’affaire Trayvon Martin, du nom de ce jeune noir non-armé tué l’année dernière en Floride et dont le cas a entraîné un long débat national. Le président s’était adressé aux parents de la victime en déclarant:

«Si j’avais un fils, il ressemblerait à Trayvon.»

La famille de Martin a été touchée, tandis que les adversaires d’Obama l’ont accusé de diviser le pays racialement et d’avoir pris parti. La citation est restée gravée dans la tête de beaucoup d’Américains, et l’acquittement du tueur George Zimmerman n’a rien fait pour l’en enlever.

Elle est redevenue à la mode sur les réseaux sociaux lundi soir, à la suite d’une association d’idées pour le moins douteuse. Le FBI a en effet publié une photo d’Aaron Alexis, le suspect de la tuerie du Navy Yard, décédé à Washington lundi 16 septembre. Il s’avère qu’Aaron Alexis est un homme noir de 33 ans. Il n’en fallait pas plus pour que les références à Trayvon Martin pleuvent sur Twitter. L’animateur de radio Joe Pags:

«A quoi s’attendre maintenant.. La #NRA va être pointée du doigt, la #Navy va être montrée du doigt.. #Obama ne va PAS dire que s’il avait un fils il ressemblerait au tueur.»

La blague «Si Obama avait un fils, il ressemblerait à Aaron Alexis» est vite devenue une des plus populaires de la soirée sur le réseau social aux Etats-Unis. Sur Slate.com, le journaliste politique Dave Weigel analyse cette blague de mauvais goût:

«Il est très important pour l’Internet de rappeler aux gens de gauche qu’ils ont tort et qu’ils sont naïfs sur les armes à feu, et que le cas de Zimmerman en est la meilleure illustration.»

Et de rapporter l’échange entre l’animateur de télévision Piers Morgan et le frère de George Zimmerman, Robert:

Piers Morgan:

«C’est un fait indéniable que les tueries de masse ont augmenté aux Etats-Unis depuis 2007. Les lobbyistes des armes à feu qui le nient sont des menteurs cyniques.»

Réponse de Robert Zimmerman:

«C’est aussi un fait indéniable que les zones recherchées pour ces massacres sont celles qui ont un contrôle des armes à feu plus strict. Comme Washington… Comme aujourd’hui.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte