C'est dans l'actuMonde

Qui était Aaron Alexis, le suspect de la fusillade du Washington Navy Yard?

Slate.com, mis à jour le 17.09.2013 à 11 h 54

Les images d'Aaron Alexis fournies par le FBI, via REUTERS

Les images d'Aaron Alexis fournies par le FBI, via REUTERS

Le FBI a identifié celui qu'elle soupçonne être l'auteur de la fusillade du Washington Navy Yard du lundi 16 septembre: il s’agit d’Aaron Alexis, un ancien réserviste de l’armée de 34 ans né dans le Queens, à New York. Les responsables fédéraux ont publié une photo du suspect dans la soirée, demandant à tout membre du public ayant des informations de contacter le bureau du FBI de Washington.

Pendant ce temps, les médias ont peiné à rassembler leurs propres indices sur l’homme qui aurait tué au moins 13 personnes et en aurait blessé des dizaines d’autres avant d’être apparemment tué alors qu’il échangeait des coups de feu avec la police.

Voici une sélection des détails qui ont commencé à émerger lundi soir.

En gardant à l’esprit qu’il s’agit d’une situation qui continue d’évoluer, il est important de traiter les détails non-confirmés autour d’Aaron Alexis avec un degré raisonnable de scepticisme, et de bien faire attention aux sources, certaines étant évidemment bien plus solides que d’autres.

Aaron Alexis a été réserviste dans la Navy pendant quatre ans

Source: les archives militaires, via le New York Times

Selon la Navy, Aaron Alexis s’est inscrit en tant que réserviste à temps plein en mai 2007, et a arrêté en janvier 2011. Il a servi en tant qu’électricien de l’aviation, et le plus haut grade qu’il a atteint est lieutenant de troisième classe. De février 2008 à janvier 2011, il a été assigné à l’escadron 46 de soutien logistique de la flotte à Fort Worth. La Navy a déclaré qu’Alexis a reçu la médaille de service à la défense nationale et la médaille de service à la guerre contre le terrorisme.

Aaron Alexis était un contractuel de la Défense à un moment ou un autre

Source: le secrétaire de la Navy Ray Mabus, via CNN)

A la question de savoir si Alexis avait le droit de se trouver au Navy Yard, le secrétaire à la Navy Ray Mabus a déclaré que cela faisait «partie de l’enquête». «La seule chose que nous savons, c’est qu’à un moment, il a été contractuel de la Navy. L’était-il encore aujourd’hui? Je ne sais pas», a déclaré Ray Mabus à Wolf Blitzer de CNN.  

Aaron Alexis a travaillé pour un sous-traitant de Hewlett Packard

Source: Hewlett Packard, via le Washington Post

Alexis a travaillé pour une entreprise appelée The Experts, un sous-traitant d’Hewlett Packard, sur un contrat fédéral concernant le réseau Intranet du Navy Marine Corps, selon un communiqué de Hewlett Packard. On ne sait pas si Aaron Alexis était encore employé par ce sous-traitant, ou s’il devait se rendre au Navy Yard pour son travail.

Aaron Alexis a été arrêté en 2010

Source: le procureur général du comté de Tarrant, via NBC Washington

Les archives du comté de Tarrant montrent qu’Alexis a été arrêté à Fort Worth en septembre 2010 après avoir fait feu avec une arme à l’intérieur des limites de la ville, un délit mineur de classe A. A l’époque, il avait confié à la police qu’il avait tiré sans faire exprès en nettoyant son arme, et a été arrêté, sans être poursuivi.

Le bureau du procureur général du comté de Tarrant a publié le communiqué suivant lundi à propos de l’arrestation d’Aaron Alexis:

«Après avoir étudié les faits présentés par la police, il a été décidé que les éléments constitutifs de l’imprudence sous les lois du Texas n’étaient pas rassemblés, et aucune action n’a été intentée.»

Aaron Alexis a également été arrêté en 2004

Source: la police de Seattle

Alexis avait été arrêté par la police de Seattle en 2004 pour avoir tiré dans les pneus de la voiture d’un autre homme dans ce qu’Alexis a ensuite décrit aux détectives comme un «black-out» provoqué par la colère. A environ 8 heures du matin, deux ouvriers du bâtiment avaient garé leur Honda Accord 1986 dans l’allée de leur chantier, à côté d’une maison où Alexis habitait dans le quartier de Beacon Hill.

Les victimes ont rapporté avoir vu un homme, identifié plus tard comme étant Alexis, sortir de la maison avoisinant leur chantier, sortir un pistolet de sa ceinture et tirer trois coups de feu dans les deux pneus arrières de la Honda avant de rentrer tranquillement dans sa maison qui se trouvait au nord du site de construction.

Quand les enquêteur ont interviewé des travailleurs et un gérant du chantier, ils ont déclaré à la police qu’Aaron Alexis avait «fixé du regard» des ouvriers tous les jours pendant un mois avant l’incident. Le patron de l’entreprise de construction a déclaré à la police qu’il pensait qu’Alexis était mécontent de la situation de stationnement autour du chantier. La police a ensuite obtenu la permission de fouiller la maison, a trouvé une arme et des munitions dans la chambre d’Alexis, et l’a emmené à la prison du comté de King pour acte malveillant.

Aaron Alexis a peut-être souffert de trouble de stress post-traumatique et affirme avoir participé aux opérations de sauvetage du 11-Septembre

Source: le père d’Alexis, via la police de Seattle

Après son arrestation, Alexis a déclaré aux détectives que les ouvriers s’étaient «moqués» de lui le matin de l’incident et qu’ils lui avaient «manqué de respect». Alexis a également affirmé qu’il avait eu un «black-out» provoqué par la colère, et ne souvenait pas avoir tiré sur le véhicule des victimes jusqu’à une heure après l’incident. Alexis a aussi dit à la police qu’il était présent lors des «évènement tragiques du 11 septembre 2001» et a décrit comment «ces évènements l’avaient perturbé».

Les détectives ont ensuite parlé avec le père d’Alexis, qui vivait à New York à l’époque, et qui leur a confié qu’Alexis avait des problèmes de gestion de colère associés au trouble de stress post-traumatique, et qu’Alexis avait été un participant actif aux tentatives de sauvetage du 11 septembre 2001. Les détectives ont fait suivre le cas au tribunal municipal de Seattle.

Aaron Alexis était un visiteur fréquent d’un temple bouddhiste au Texas

Source: les amis d’Alexis et ceux qui allaient au temple avec lui, via le Washington Post

Alexis était devenu un habitué un peu insolite d’un temple bouddhiste à Fort Worth. Il venait méditer au Wat Busayadhammavanaram Meditation Center deux fois par semaine. Mais il avait encore l’air si blessé qu’au moins un employé essayait de l’éviter.

«Il aidait les gens quand ils venaient en portant des choses lourdes, selon J. Sirun, un assistant des moines du centre. A l’extérieur, c'était une personne calme. Mais à l’intérieur, je crois qu’il était très agressif. Il n’aimait pas être proche de quiconque, comme un soldat qui a fait la guerre.»

Alexis parlait le thaïlandais, la langue de beaucoup d’autres croyants du temple, et a aussi travaillé comme serveur dans un restaurant thaï. Une connaissance a déclaré qu’Alexis avait récemment voyagé en Thaïlande pendant un mois. Sirun a déclaré:

«Il comprenait environ 75% de la langue. Je ne pensais pas qu’il pouvait être si violent. […] Je n’aurais pas été étonné s’il s’était suicidé. Mais je ne pensais pas qu’il pouvait commettre un meurtre.»

Aaron Alexis décrit comme poli

Source: son meilleur ami autoproclamé, via le Star-Telegraph

Un homme de 34 ans du nom d’Aaron Alexis qui vivait dans l’ouest de Fort Worth a été décrit par ses amis comme une personne polie et qui aimait faire la médiation. Nutpisit Suthamtewakul, propriétaire du Happy Bowl Thaï dans le White Settlement, a déclaré qu’Alexis «était (s)on meilleur ami». Suthamtewakul a déclaré lundi après-midi:

«Il a vécu avec moi trois ans. Je ne pensais pas qu’il aurait fait ça. Il avait une arme mais je ne croyais pas qu’il était aussi stupide. Il ne me semblait pas agressif.»

Alexis travaillait de temps en temps comme serveur au Happy Bowl, selon des clients. Ils le décrivent comme amical.

Alexis avait récemment visité la Thaïlande et avait été au Japon avec un sous-traitant informatique de la Défense, où il travaillait dans les technologies de l’information, selon Sandy Guerrea-Cline, une cliente de Happy Bowl qui travaille à la rédaction du Star-Telegram.

Josh Voorhes

Traduit par Grégoire Fleurot

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte